A l’égard de l’Algérie et l’ANP : l’attitude belliqueuse et haineuse du Makhzen

110

L’optimisme sur un apaisement de tensions entre Alger et Rabat, affiché par certains,à l’occasion de la visite du Chef de la diplomatie de sa majesté et sa participation à la réunion 5+5 tenue à Alger, ne fut de courte durée.
La raison est liée aux déclarations irresponsables et mensongères d’Abdelahak Khiam, haut responsable de la sureté marocaine, faisant état du contrôle du sud algérien par l’organisation terroriste d’Al Qaida AQMI.
Le responsable du Makhzen, dans une interview accordée au journal français Le Monde indiqua que l’AQMI contrôle le Sud algérien, ce qui risquerait d’ailleurs d’envenimer les relations entre les deux pays.
Le patron du Bureau central des investigations judiciaires BCIJ( organisme marocain chargé de la lutte contre le terrorisme et le crime transnational, en amnésique, oublia, que son pays, il y a si peu de temps abritait les terroristes du GIA, et envoyait des terroristes en Syrie , en Irak et en Libye, dont le nombre de terroristes marocains recensés par les libyens, parle de lui-même.
Le responsable du Makhzen, oublia que la main tendu par le Président Bouteflika au nouveau Roi Mohamed VI, en 1999, sera récompensée par une attaque terroriste perpétrée à Beni Ounif, dans la wilaya de Béchar, à partir du sol marocain, à l’occasion de la célébration d’un anniversaire de haute considération dans les deux pays à savoir le 20 août, et à quelques jours de la tenue du référendum sur la concorde civile en Algérie.
Le responsable marocain, déplorait l’absence de coopération sécuritaire entre les deux pays et oublia que seule l’Algérie faisait face au terrorisme international et au trafic international de drogue dont le Maroc est le principal fournisseur au monde, et tous ses appels sont restés sans échos.

Le combat mené par l’ANP, permettra à l’Algérie de devenir un Etat-pivot en matière de lutte contre le terrorisme et fort écouté sur la scène internationale. A Abdelhak Khiam d’en prouver le contraire ?