Abdelmadjid Tebboune: je suis un novembriste qui ne s’alliera jamais avec les inféodés des officines étrangères

770

Le choix de l’hôtel El Djazair, pour présenter le slogan de sa campagne électorale à savoir « pour le changement nous sommes engagés, et le changement nous l’assumerons » n’est loin fortuit pour Abdelmadjid Tebboune, candidat à la présidentielle du 12 décembre prochain. Sur ce registre, il présentera devant un nombre important de journalistes, un résumé de son programme électoral, basé sur 54 engagements électoraux, dont la portée symbolique est liée à ses convictions novembristes et à sa détermination à revenir aux idéaux de la révolution du premier novembre 1954.
Abdelmadjid Tebboune estimera d’ailleurs, qu’il n’acceptera aucune alliance avec un parti ou candidat, inféodés aux officines étrangères, relevant qu’il continuera sur la voie de l’assainissement des rouages politiques et administratifs, de la main basse exercée par la bande et ses résidus, dont une bonne partie n’a pas encore été touchée par la lutte contre la corruption.
Dans le même cadre, il annonce qu’il est candidat indépendant et qu’il considère les militants des partis politiques dont les dirigeants étaient liés à la bande, de citoyens algériens détenteurs de tous les droits civiques, dont ceux de se prononcer pour la prochaine élection présidentielle.
Sur le plan socioéconomique, il annoncera qu’en cas de victoire au prochain scrutin présidentiel, il exonérera des impôts les travailleurs qui touchent des salaires de moins de 30000 DA, et qu’il résoudra une fois pour toute les difficultés que connaît la caisse de retraite CNR. Pour le premier cas, Abdelmadjid Tebboune, en fin connaisseur des règles économiques et budgétaires; il estimera que l’exonération des impôts en faveur de la classe précaire, en difficulté en matière de pouvoir d’achat, sera honorée par les nantis de la société qui seront appelés à payer plus d’impôts sur la fortune, et les revenus, pour éviter le déficit budgétaire. Pour ce qui est du budget du CNR, Tebboune dira que l’argent volé et détourné par l’un des prédateurs , suffira à assurer les pensions de cette frange de la société. Sur ce registre, il ne cessera de marteler, qu’il sait très bien comment et où récupérer l’argent des algériens volé par la bande. En conclusion, Abdelmadjid Tebboune estimera qui n’a jamais failli à ses engagements, et qu’il n’a jamais annoncé des engagements mensongers, citant l’adage ancestral que  » l’homme est tenu par sa langue ». A bon entendeur