Abderrazek Makri : La débilité politicienne, ne peut induire en erreur les algériens

58

Le président du MSP, Abderrazek Makri s’est opposé farouchement à la visite du prince héritier saoudien Mohamed Ben Salmane, considérant sa venue comme une »honte » pour l’Algérie. Jusque-là, il faut respecter sa position, mais avancer des arguments qui ne tiennent pas la route, c’est tout simplement mentir aux algériens. Sur sa page Facebook, Mokri, évoque l’agression du peuple yéménite par le régime saoudien et son puissant MBS, mais oublie de ne dire que les frères musulmans yéménites, sont ses principaux alliés. Le parti d’El Islah à l’instar du MSP de Makri, sont inféodés à la Confrérie des Frères Musulmans et leur néo-mentor Tayep Recep Erdogan. Prétendre que le gouvernement algérien obéit aux ordres du Président américain Donald Trump, demeure une spéculation, jusqu’à preuve du contraire, sachant que Makri, au même titre que le très controversé député Hassan Arribi, obéit totalement aux directives du président turc, que personne ne peut blanchir au sujet du respect des droits de l’homme, et les milliers de personnes qui croupissent dans les prisons turques, sont une parfaite illustration. Sans prendre parti pour Erdogan, ou MBS, les deux hommes sont loin d’être un modèle en matière de promotion des valeurs démocratiques et du respect des droits de l’homme. Makri qui tente bien que mal de caresser la fibre patriotique des algériens, est loin de réussir dans la mesure ou lui-même, ne croit idéologiquement qu’à l’internationale islamiste qui rejette totalement la doctrine d’Etat-Nation.
M.Mehdi