Alliance affichée entre El Isaba, le MAK et le FIS dissous

1148

Ce n’est plus un secret de polichinelle, pour les algériens, le 21ème vendredi du Hirak, a mis à nu le plan machiavélique de récupération des revendications du peuple algérien, par une minorité, liée essentiellement par l’intérêt de sa composante malgré les différences idéologiques. Les prétendues différences et divergences d’hier, ont été balayées le temps d’une conjoncture pour s’allier contre l’ANP , digne héritière de l’ALNet son état-major qui refuse depuis l’avènement du Hirak à se positionner contre le peuple dont elle est issue. Cet état-major de l’ANP, refuse de rééditer le hold-up démocratique de 1992, ce qui lui tirera les foudres de l’hostilité de la France et ses instruments d’El Isaba, le MAK et le FIS dissous. Échouant à placer leurs représentants parachutés comme les Bouchachi, Boumala, Ait Mokrane Larbi, Rachida Assoul et autre Amira Bouraoui, l’adorée d’Ali Benhadj, pour s’accaparer du Hirak, cette alliance et coalition ennemie d’hier, se verse dans l’escalade et l’hostilité à l’égard de l’ANP, et les manifestants qui qui refusent l’émeute et l’affrontement, comme c’est le cas pour ces slogans dénigrants l’ANP » Etat civil et non militaire », sachant que cette revendication a été soulevée auparavant par Amar Saadani, pour protester contre la main basse de Rab Dzair. Ce même Saadani sera lynché pour s’être opposé à Toufik et son Etat profond dont la coalition et l’alliance aujourd’hui militent pour sa libération, en procédant à des actions hostiles à l’Algérie sur la scène internationale, comme c’est le cas pour Boumala qui commercialise aujourd’hui la libération des bourreaux de la volonté des algériens durant des décennies, les rendant même des victimes dela lutte contre la corruption. L’annonce aujourd’hui de la mise en échec d’un attentat terroriste visant des manifestants du Hirak, témoigne la détermination de cette alliance à se maintenir au pouvoir, et mettre éternellement ce peuple en otage. Dans le même cadre, il faut noter, que l’échec du prétexte du drapeau interdit et l’utilisation machiavélique à des fins politiques de l’arrestation de Bouragaa, via le slogan »libérez les détenus », dont l’impression des banderoles est issue d’une seule imprimerie, au même titre que des banderoles « l’article 7 et 8 de la Constitution »  » Retour des militaires à la caserne ». Tous ces slogans émanent des instructions de Said Sadi, Ferhat M’henni, Zitout, Ali Benhadj, Mokrane Ait Larbi, Karim tabou, et Mohcen Belabbes et Bouchachi, dont la présence et la large médiatisation de la chaîne subversive du terrorisme El Magharibya, la veille du 20ème vendredi coïncidant avec le 5 juillet dernier, à l’occasion de la célébration du 57éme anniversaire de l’indépendance, ne sont nullement le fait du hasard, mais d’un plan bien concocté par les officines hostilesà l’Algérie, et exécuté par ces larbins néocolonisés

..
.