Bernard Bajolet et la démence d’une OPA, sur une Algérie libre et indépendante

268

L’ancien ambassadeur de France en Algérie, et patron de la DGSE, Bernard Bajolet,de surcroit ami de certains journalistes algériens, vient de violer les principes élémentaires de sa profession de diplomate pour s’ingérer dans les affaires internes d’un pays indépendant et souverain. Ses attaques proférées dans un article publié ce vendredi par le journal français Le Figaro, sont loin d’être innocentes, mais bel et bien programmées par les officines de l’ancien colonisateur, déplumées sur la scène algérienne, grâce à un renouveau de la politique algérienne qui accorde une priorité particulière à diversifier ses relations avec d’autres partenaires étrangers loin de la mainmise de Paris et des concepteurs de « La Françalgérie ». En accusant le Président Bouteflika, et le FLN d’être les principaux obstacles au développement des relations entre les deux pays, le diplomate français reconnaît implicitement que le Chef d’Etat algérien, connu pour son expérience des relations internationales, n’a jamais fait confiance aux responsables français qui soufflent le chaud et le froid et qui n’accepteront jamais de voir l’Algérie décoller.
Pour ce qui est du FLN, la France reconnaît en lui un parti qui n’acceptera jamais un seuil au dessous d’une repentance et d’indemnisations des victimes de 132 ans de colonisation. Et les dernières sorties du locataire du Palais,de l’Elysée Emmanuel Macron, renforcent la conviction des nationalistes algériens, y compris le FLN. Par ailleurs, il faut noter que les révélations de l’ancien ministre algérien Chakib Khelil, au sujet des investissements hors hydrocarbures qui passent par Paris, ont vite fait réagir les officines françaises à travers leurs relais qui sont Eric Zemmour, et aujourd’hui Bernard Bajolet dont les affinités avec certains cercles algériens ne sont plus à présenter. Attendons les prochaines heures pour voir leurs réactions et leur positionnement.