Bouchachi, Boumala et Tabou: des néocolonisés pour instrumentaliser le 8 mai 1945

617

L’Algérie demeure le seul pays au monde ou le 8 mai 1945 est un jour de deuil; au moment où la quasi-totalié de la planète célébrait la victoire sur le nazisme et le fascisme.
45000 algériens pacifistes et sans armes ont fait les frais du génocide de l’armée coloniale qui n’a pas digéré que des voix algériennes revendiquaient la liberté et l’indépendance.
74 ans après, on assiste à un paradoxe et bêtise historiques, à savoir que ceux qui sont inféodés à la cause du néocolonialisme comme Bouchachi, Boumala et autre Tabou, viennent animer une conférence à Kherrata, ville martyre à l’instar de Sétif et Guelma sur le génocide du 8 mai 1945. Aucune pudeur de ceux qui voulaient s’accaparer du Hirak et des revendications des algériens, pour faire revenir la France parla fenêtre, après avoir quitté le territoire algérien en 1962, par la porte.
Dire que la France ait quitté le Paradis Perdu, s’avère une chimère puisque ses larbins, dont certains étaient au pouvoir, au même titre que ceux de la supposée opposition continuaient de servir la cause néocolonialiste