Bras de fer entre Ould Ali et Berraf : Les Jeux Africains et Jeux méditerranéen, otages ?

123

 Le bras de fer qui oppose depuis des mois le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali et le Président du Comité Olympique Algérien COA, Mustapha Berraf, comme à peser lourd sur la préparation de deux rendez-vous que doit abriter l’Algérie, durant l’année en cours, à savoir les Jeux Africains de la Jeunesse, et les Jeux Méditerranéens d’Oran de 2021. Résultat de ce conflit, dont les échos dépassent les murs d’Algérie, constitue déjà,une aubaine pour substituer à l’organisation de ces deux grands rendez-vous sportifs internationaux.Aux dernières nouvelles,nous avons appris que la ville tunisienne de Sfax,qui échoua face à Oran pour l’organisation des JM2021, vient de renouveler ses manœuvres, profitant du bras de fer MJS-COA et qui se répercute négativement sur les préparatifs des JA et JM. D’ailleurs, le Ministre de la Jeunesse et des Sports semble otage de cette obsession de rivalité avec Berraf, à tel point qu’il vient de commettre un dérapage verbale, lors de la réunion tenue ce jeudi avec les présidents des fédérations sportives.

« Je m’en fous de l’image de l’Algérie » en répondant aux doléances d’un représentant d’une fédération sportive, qui échappe de facto à son diktat,suscitant l’étonnement de l’assistance. Pour rappel, il faut préciser que toutes les manœuvres entreprises par Ould Ali, dont la pétition de destitution signée par une trentaine de fédération, n’ont pas réussi à déloger le président du COA, réélu le 27 mai dernier.
Ceci dit, le MJS,tente bien que mal d’écarter tout responsable proche de Berraf, dans l’organisation des JA de juillet prochain à Alger, et des JM2021 d’Oran, mais cela,au détriment de la préparation des athlètes pour les deux rendez-vous sportifs, et même sur la préparation logistique et la réception des installations dont certaines accusent un grand retard. Les résultats enregistrés par l’équipe nationale de Handball au Gabon, pour le compte de la CAN et la guerre menée au sein de la FAF, après le départ de Mohamed Raouraoua, ancien président de cette instance, en sont une parfaite illustration de cette guerre personnalisée entre Ould Ali et Berraf. Ce dernier bénéficie, il faut bien le préciser du soutien du président du CIO, l’allemand Thomas Bach. D’ailleurs, il n’est pas exclu, de voir nos athlètes ne récolter aucune médaille, lors des JO 2020, au Japon,dans le sillage du bras de fer Ould Ali-Berraf.
C’est l’image de l’Algérie, qui est en jeu et qui peut énormément souffrir.