Ces médias algériens formés au Tribunal de Nürnberg

176

Sonatrach-4A lire certains articles de certains médias algériens, citant des sources italiennes, on a l’impression, que les rédacteurs ont été recrutés par la justice italienne pour statuer sur des prétendus pots de vin versés par la société italienne Saipem à la société algérienne Sonatrach, pour décrocher des contrats.

Le but recherché est de citer le nom de l’ancien ministre algérien de l’Energie, M.Chakib Khelil, blanchi par la justice algérienne. Les rédacteurs de ces articles ne se sont jamais posé  la question sur le timing du revirement d’une affaire réchauffée, dont les acteurs demeurent dans l’ombre. Et là, il faut bien relever, que la Sonatrach vient de gagner son bras de fer avec Saipem en empochant 200 millions de dollars que ses médias avaient révélé il y a quelques jours sur leurs colonnes, sachant aussi que la compagnie pétrolière algérienne, longtemps ciblé par une campagne de dénigrement, et à des tentatives d’isolement  suite à l’attentat terroriste de Tiguentourine, revient avec force sur la scène internationale, ce qui dérangeait amplement certaines firmes, et milieux politico-médiatiques, dont des pseudo-algériens.

Les mêmes médias s’attaquaient aux autorités italiennes, quand elles décident de couper court avec Issad Rabrab et ses projets d’aciérie en terre transalpine.