Déclaration d’Amar Saadani sur le Sahara Occidental: Le CJASLPS réagit(communiqué)

510

Amar Saadani…, un triste personnage, ayant sévi le long du règne de la gabegie « Bouteflikienne » et, qui nous revient à travers une déclaration reliée par un média off-shore, nous rappelle, ainsi, que les dégâts occasionnés par la bêtise, quand elle est conjuguée à la traitrise, ne peuvent nuire qu’à la personne qui en est l’auteur.
Cette poussée nauséabonde renseigne sur les véritables commanditaires de ce triste personnage, qui s’est retrouvé par la bénédiction d’un régime politique corrompu et corrupteur, dont il était l’une des pièces maitresses, à la tête, malheureusement, du parti libérateur de l’Algérie combattante, qui a connu Larbi Ben M’Hidi, Abane Ramdane, Mustapha Ben Boualaid, Amirouche, Lotfi et d’autres héros sacrifiés sur les sentiers de la liberté et de la libération.
C’est clair maintenant…Ce qu’on soupçonnait sur cet être médiocre s’avère une vérité. Ce corrompu, qui devrait être jugé pour détournement de deniers publics, de transfert illicite de devises et qui devrait rejoindre ses semblables à El Harrach, vient de commettre une autre trahison aux valeurs qui étaient derrière la création du FLN historique et aux valeurs défendues par l’Etat algérien indépendant, à savoir le droit des peuples à l’autodétermination.
Cet ancien pompiste de « Naftal », qui a gravi les échelons grâce à son sens de la délation et qui s’est enrichi également à travers des détournements opérés dans la Générale des concessions agricoles (GCA), dont le dossier a été mis dans les terroirs par son acolyte Tayeb Louh, se pavane aujourd’hui à Paris en usant de l’argent du peuple algérien. Etonnant de constater que la justice française n’a jamais exigé de ce triste personnage de s’expliquer sur l’origine de ce cash flow, qui lui a permis d’acquérir des biens immobiliers dans les quartiers les plus luxueux de la capitale française. Pourtant le blanchiment d’argent est sévèrement réprimé dans le pays de la déclaration universelle des droits de l’Homme !!!.
Après avoir intenté aux fondements même de son propre Etat, qu’il est sensé, par ailleurs, défendre pour y avoir occupé des postes de décision, voilà qu’il se découvre une nouvelle vocation, dans son parcours truffé de tartufferie et de traitrise. Amar Saadani s’invente défenseur du « makhzen » et de la colonisation.
Certes, le peuple sahraoui, qui a mené une lutte héroïque contre l’occupation espagnole et qui lutte encore contre un colonialisme d’un autre âge imposé par le makhzen marocain, avec la complicité des protecteurs de Amar Saadani, ne peut que mépriser ce genre de déclarations émanant d’un personnage vil, déclassé, sans foi, ni loi.
Ainsi Amar Saadani continue à briller par ses mensonges. Il a volontairement fait l’impasse sur l’histoire de la colonisation espagnole des territoires sahraouis depuis le 19ème siècle, puis celle, à partir de 1975 de l’invasion et de l’occupation marocaines au Sahara occidental.
Il faut reconnaitre à notre percussionniste (drabki) qu’il sait amuser la galerie quand il le veut. Il vient de le prouver ajustant sa derbouka aux rythmes envoûtants des danses du ventre pratiquées dans le harem du « souverain » du pays voisin.
En bon serviteur de la monarchie alaouite, et de son parrain français, l’ancien pompiste a gardé le silence sur l’avis de la Cour internationale de La Haie en faveur de la décolonisation de ce « territoire non autonome » et, plus récemment sur les arrêts de la Cour européenne de Justice de 2016 et 2018, ainsi que les nombreuses résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies qui, toutes, reconnaissent le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.
Nous, membre du Comité des journalistes algérien de solidaires de la lutte du peuple sahraoui (CJASLPS), dénonçons avec vigueur les propos tenus par l’aventurier Amar Saadani et nous réitérons notre soutien indéfectible à la cause juste du peuple sahraoui en lutte pour son droit à l’autodétermination.
Nous constatons avec stupeur l’énormité des dégâts occasionnés à notre pays par 20 ans de règne du pouvoir personnel, de l’imposture, de la corruption et de la gabegie. Nous n’avons jamais douté des dessins malsains d’Amar Saadani, qui grâce au clientélisme érigé en système par Bouteflika s’est trouvé dans des postures que de grands hommes d’Etat algérien n’ont jamais pu occuper.
Sans aucun doute la lutte du peuple sahraoui aboutira et ce genre d’énergumène sera jeté inéluctablement dans les poubelles de l’histoire.
Gloire à la lutte des peuples opprimés en quête de liberté et de justice.
ALGER, le 22 octobre 2019
Comité des Journalistes algériens solidaires de la lutte du peuple sahraoui (CJASLPS)