Doctrine militaire de la Révolution du 1 novembre 1954 :Gaid Salah sort l’artillerie lourde contre la France coloniale

398

Le vice-ministre de la Défense Nationale et Chef d’Etat-Major de l’ANP, le Général des corps d’armée, n’a pas mâché ses mots en tirant à bout portant sur la doctrine militaire de la France coloniale, et qui n’a épargné ni être humain, ni terre, ni animal.
Cette déclaration de Gaid Salah a été faite à l’occasion de son intervention, lors de l’ouverture à Alger, du colloque intitulé »La doctrine militaire de la révolution du premier novembre ».

Pour le Vice-ministre de la Défense Nationale, la France coloniale s’est illustrée par une doctrine militaire barbare basée sur le génocide, comme principe, le terre brulée et les massacres successifs de la population comme moyen et mode opératoire, s’en vantant devant le monde entier avec arrogance et présomption et sans vergogne.

Pour le Chef de l’Etat-major de l’ANP, il n’ y a pas lieu de comparer la doctrine militaire de la France coloniale avec celle de la révolution algérienne, basée sur l’attachement spirituel, et nationaliste et son  souci pour la crédibilité de son effort révolutionnaire nationale voire universel. Pour Gaid Salah, les révolutionnaires algériens » ont œuvré de tout le temps, pour que leurs comportements et leurs conduites envers leurs prisonniers, soient empreints de grandeur, de noblesse et de générosité, prédominés par la bonté du musulman sincère ».
A travers, cette déclaration, Gaid Salah répondra à ceux qui accusaient les moudjahidine d’avoir commis des massacres envers les colonisateurs, lors de leur sortie du pays