Du palais du gouvernement à la prison d’El Harrach

224

L’histoire de l’Algérie retiendra en ce mercredi 12 juin 2019, une nouvelle ère s’ouvre pour le pays avec la mise en détention provisoire de l’homme politique le plus impopulaire et hai, par les algériens. L’histoire retiendra que la distance entre le palais du gouvernement, symbole du pouvoir et de l’arrogance et la prison d’El Harrach, symbole de la chute et le déclin. Si la bande « El Isaba » continue de perdre des points face à la détermination du peuple, aspirant à une vie de dignité, ceux qui misait surr la transition et entretenait la culture de la suspicion pour faire perdurer la crise, sont aussi les grands perdants de cette dynamique qui remet la justice algérienne sur le chemin de l’Etat de droit et la fin de l’impunité, un prélude à un Etat civil tant attendu.
Pour beaucoup d’algériens, mettre autant de personnalités « intouchables » il y a si peu de temps, dans cette prison d’El Harrach, devenue la maison d’arrêt la plus fortunée, n’arrivera qu’en Algérie, pays des révolutions et de rébellion contre l’injustice