Ecosystème marin :La menace récurrente des filets dérivants

108

Comme nous l’avons signalé dans l’une de nos précédentes éditions ; un filet dérivant de près de 800 mètres a causé des dégâts sur la faune et la flore marine près des îles Habibas ; distantes de 12 km des côtes oranaises. Face à l’atteinte flagrante à l’écosystème marin ; les pouvoirs publics demeurent impuissants pour empêcher les filets fantômes responsables de la mort des dauphins ; tortues de mer et oiseaux marins. Dans ce cadre ; il faut noter que l’Algérie ; par la voix d’experts et mêmes députés qui prônaient l’application stricte et rigoureuse de la législation interdisant l’utilisation des filets dérivants et la mise à terme de tous dépassements affectant l’exploitation des ressources halieutiques du pays. Les experts de l’environnement marin avaient évoqué la disparition imminente de 11 espèces de poissons, le non-respect de la période du repos biologique et taille marchande du poisson bleu ; dont la sardine ; sans parler du phénomène de pollution marine liée au rejet eaux usées ; de jet des ordures en plein mer ; et de jet de vieux filets non biodégradables.
D’autre part ; il faut souligner que l’Algérie demeure l’un des rares pays de ce monde à utiliser le filet dérivant d’une manière anarchique ; sans contrôle de la part des autorités compétentes.
Dans le même sillage, il faut noter qu’au niveau du port de Bouzedjar ; on a recensé plus de 50 embarcations utilisant des filets dérivants de 2 à 5 km ; sans être contrôlées ; sachant que ce type d’action constitue une arme destructrice de la faune et la flore, et une menace sur l’écosystème marin.
A nos responsables, d’en tirer les conclusions