Gaid Salah, bourreau des corrupteurs, et des néocolonisés

561

Lors de son intervention de ce mercredi, le Chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah,a estimé que la lutte contre la corruption est égale avec celles menées contre le colonialisme et terrorisme.
Déterminé à remplir sa mission de combattant pour l’unité de l’Algérie et l’indépendance de ses décisions, Ahmed Gaid Salah réitère son serment de défendre l’indépendance de l’Algérie du diktat de la France et ses larbins, et de leurs plans de déstabilisation
« La France a placé ses mercenaires à tous les niveaux alors que la nation algérienne a fait confiance à Paris pour avoir une meilleure vie. Mais les mercenaires ont profité de l’occasion afin de mener leurs plans coloniaux », a indiqué le Chef d’état-major de l’ANP, selon le site d’information libanais Elnashra.
Le chef de l’état-major de l’ANP a par ailleurs accusé la France de vouloir affaiblir l’Algérie dans le but de voler ses richesses et avoir une mainmise sur le gouvernement et sur le destin des Algériens.
Le bilan positif d’Ahmed Gaïd Salah dans le domaine de la lutte contre la corruption, l’arrestation des éléments corrompus de l’ancien régime ainsi que la préservation de la sécurité des manifestants de façon à ce qu’il n’y ait ni victime ni dégât, ont mis en colère les puissances étrangères comme la France, qui visent désormais le limogeage du chef d’état-major de l’armée algérienne. Ahmed Gaïd Salah a été à l’origine de la campagne contre les agents français en Algérie.
Dans le cadre des agissements de la France, Paris a récemment donné à ces agents une nouvelle mission. Lors des récentes manifestations organisées dans le pays, quelques individus ont commencé à réclamer le départ du général Salah.
Un certain nombre des éléments à la solde des puissances étrangères ont profité des manifestations du 5 juillet, date anniversaire de la fête de l’Indépendance et de la Jeunesse pour réclamer la démission du chef d’état-major de l’ANP.
Des millions de manifestants qui sont descendus ce vendredi dans les 48 wilayas de l’Algérie sont du même avis que le général Ahmed Gaïd Salah qui dénonce les mercenaires français de l’ancien régime.