Jacob Cohen à AlgérieTouteHeure: La décision marocaine, une gesticulation diplomatique sans portée “

144

 

Dans un entretien qu’il nous a accordé, l’auteur et journaliste français, Jacob Cohen, revient sur la décision marocaine de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, en tentant d’impliquer l’Algérie, la soumission du Maroc au diktat sioniste, l’éventuel retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien, sur le bilan de Macron et sur l’isolement du président de l’Autorité Palestinienne.

AlgérieTouteHeure:    Tout d’abord, beaucoup d’observateurs ont été surpris de la décision du Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, sous le prétexte d’un soutien militaire du Hizbollah au Polisario, qu’en pensez-vous ?

Jacob.Cohen:L’Iran est dans le collimateur des puissances occidentales, des Monarchies du Golfe et du régime sioniste. Tout est fait pour le déstabiliser et même le pousser à la guerre. Le Maroc ne pouvait faire moins que de s’aligner sur ses protecteurs et ses soutiens financiers. Sa diplomatie est en quelque sorte sous contrôle.

ATH:   Ne pensez-pas que le Maroc s’est aligné sur son bailleur de fonds saoudien, pour justifier son refus de se soumettre à la dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, appelant les deux belligérants à reprendre les négociations ?

J.C:On oublie souvent que le monde arabe s’était divisé en 2 camps hostiles dès les années 50, se faisant même des guerres par procuration. Le camp « conservateur » emmené par l’Arabie Saoudite vouait une haine féroce à Gamal Abdel Nasser, et s’était même réjoui, discrètement, de sa défaite en 1967. Le Maroc s’étant toujours aligné sur son bailleur de fonds saoudien, vous avez la réponse à votre question.

ATH: Pour un certain nombre d’observateurs, la décision marocaine est liée au plan de normalisation avec l’entité sioniste, chapeauté par l’administration américaine, soutenu par l’Arabie saoudite dans le sillage de la décision de Trump de transférer l’ambassade de son pays vers la ville sainte d’Al Qods, qu’en dites-vous ?

J.C:Il est plus que probable que la décision marocaine, plus ou moins imposée par le rapport de forces, entre dans le cadre du vaste plan américain d’imposer sa vision sioniste au monde arabe.

ATH:   Ne pensez- pas, que la décision marocaine, est un indicateur sur une escalade, visant à entraîner l’Algérie dans un conflit armé avec son voisin de l’Ouest ?

J.C:Je ne crois pas à cette éventualité. Les 2 grands voisins du Maghreb n’ont aucun intérêt à une confrontation armée. Il en est de même de la Communauté internationale en général et du monde arabe en particulier. La décision marocaine n’est qu’une gesticulation diplomatique sans portée concrète.

ATH:    Tout le monde appréhende la date du 12 mai prochain, date de l’annonce éventuelle du retrait américain de l’accord nucléaire iranien, pensez-vous que les faucons viennent d’institutionnaliser le diktat des lobbys sionistes aux USA ?

J.C:Je parierai sur le retrait américain de l’accord nucléaire avec l’Iran. Tout est fait pour préparer le terrain depuis un an. Que veulent l’Amérique de Trump et les sionistes ? Pousser l’Iran dans ses retranchements, l’empêcher de retrouver la voie du développement économique, et peut-être susciter ainsi des troubles à l’intérieur du pays. Ils ne sont pas intéressés par une solution pacifique, et demeurent obsédés par une agression massive contre l’Iran.

ATH:    Un an après son élection en France, Emmanuel Macron est de plus en plus décrié sur les plans intérieur et extérieur, quelle évaluation faites-vous sur son bilan ?

J.C:Macron est paradoxalement le président qui a pris en un an les décisions les plus injustes et les plus impopulaires sans vraiment susciter, jusqu’à présent, de réactions capables de le contrer. Il sait y faire et les oppositions sont éclatées. Il semble que les plans de l’oligarchie mondiale continueront hélas de s’appliquer. C’est une machine de guerre implacable. Et les soubresauts de résistance restent classiques et limités.

ATH:     Jacob Cohen a été l’un des premiers intellectuels en France à s’opposer au »Manifeste contre le nouvel antisémitisme », pensez-vous que cet appel diligenté par le CRIF, BHL, Sarkozy et consorts, a échoué ?

J.C:Cet appel me semble voué à l’échec. Les islamophobes sont de plus en plus tentés par l’outrance et par des exigences absurdes, comme la révision de versets coraniques, suscitant par là-même des réactions au sein des partis progressistes et des résistances auprès des musulmans connus pour leur modération comme Dalil Boubaker. Beaucoup de monde commence à comprendre les dessous de la manipulation.

ATH:    Le président palestinien fait l’objet d’une campagne médiatique acharnée suite à ses dernières déclarations, ses excuses n’ont rien abouti, ne pensez-pas que le président de l’Autorité Palestinienne, est sur le point d’être destitué ?

J.C:Le « président » palestinien n’a que ce qu’il mérite. Cela fait 15 ans qu’il se soumet aux diktats des sionistes, des Occidentaux et des Monarchies arabes. Par sa couardise et sa collaboration, il a permis la consolidation de la colonisation sioniste (en fait son doublement). Il a fait semblant de croire à un « Etat » palestinien alors qu’il ne peut espérer qu’un « Banthoustan » sous contrôle israélien. Maintenant qu’il a rempli son rôle, on peut le jeter dans les poubelles de l’histoire.

Entretien réalisé par M.Mehdi