Jacob Cohen à AlgérieTouteHeure: La France a a perdu une grande part de sa souveraineté au profit de l’UE et l’oligarchie mondialiste

1310

Dans un entretien qu’il nous a accordé l’auteur et journaliste français Jacob Cohen nous parle des violations de la liberté d’expression, et droits de l’homme en France, des manœuvres de l’entité sioniste pour empêcher la diffusion d’un reportage sur la bande de Ghaza, de l’assassinat du journaliste saoudien et du 17 octobre

AlgérieTouteHeure : L’actualité française est de nouveau marquée par une violation des droits de l’homme à travers cette incursion chez le député et président de la France Insoumise Jean Luc Mélenchon, après le scandale de Benalla; quelle votre appréciation?

Jacob Cohen :Le Parquet en France est totalement soumis à l’exécutif. On a vu comment François Fillon a été écarté alors qu’il avait des toutes les chances de gagner. De même avec Benalla, les enquêteurs n’avaient pas voulu forcer la porte pour récupérer un coffre-fort, qui a disparu le lendemain. L’utilisation des enquêtes, leur rythme et leur médiatisation, sont des instruments aux mains du pouvoir pour harceler les opposants. Mélenchon en fait les frais. Comme Marine Le Pen. C’est une piqûre de rappel.

AlgerieTouteHeure :Pensez-vous que l’actuel président français est en phase de panique, dans le sillage du dernier scandale de Benallah et des dernières manifestations dénonçant les mesures anti-sociales?

Jacob Cohen :Les peuples ont la mémoire courte, disait un ancien président. Les citoyens espèrent, sans trop y croire, que le président élu va tenir ses promesses d’une vie meilleure. Et puis c’est la déception. Chaque présidence a eu aussi ses scandales. Je ne crois pas que Macron soit en danger, en danger de quoi ? Il finira son mandat (on n’est pas dans l’Egypte de Morsi où on a forcé un président élu à partir avant terme) et le Système trouvera un remplaçant qui fera les mêmes promesses suivies des mêmes déceptions.

ATH : Le dernier remaniement du gouvernement a mis en exergue la fébrilité du pouvoir de Macron et l’absence de visibilité pour endiguer la crise, notamment après le dernier rapport faisant état de 9 millions de français vivant au seuil de la pauvreté?

Jacob Cohen :La France a perdu une grande part de sa souveraineté au profit de l’Union européenne et de l’oligarchie mondialiste. Le rôle des présidents est d’adapter le pays à cette nouvelle donne en donnant l’illusion de « gouverner ». Les grandes industries ont été démantelées. Le pouvoir d’achat diminue régulièrement depuis 30 ans. Les services publics sont de moins en moins efficients. La France paie 50 milliards d’euros d’intérêts sur une dette artificielle. Dans le système actuel, Macron ne peut pas faire grand-chose. Sauf à mettre à plat les vrais problèmes. Mais il n’a pas été élu pour ça.

ATH : L’ambassadrice de l’entité sioniste à Paris a tenté vainement d’interdire un reportage sur la situation dans la bande de Ghaza, est-ce une prise de conscience sur les crimes de l’entité sioniste, ou simple action de maquillage de liberté d’expression?

Jacob Cohen :En France, il y a toujours eu des tentatives de présenter un peu plus objectivement le conflit israélo-palestinien. Malheureusement elles se heurtent à la toile d’araignée tissée par le lobby sioniste, grâce aux sayanim, dans les médias, l’édition, l’université, etc. On ne peut que faire ce constat : dans le rapport de forces, la balance penche à 90% du côté du lobby sioniste. Et tant que cela persiste… Un journaliste ou un média a juste la trouille de déplaire aux annonceurs. L’intervention massive de l’ambassadrice de l’entité sioniste et autres organisations juives espérait moins faire interdire le reportage sur Ghaza qu’intimider les autres médias des problèmes qu’ils auraient s’ils diffusaient d’autres documents « sensibles ». C’est la tactique de l’intimidation.

ATH :L’assassinat d’un opposant saoudien en Turquie, tient en haleine l’actualité internationale, ne pensez-vous pas que c’est une manœuvre pour détourner l’opinion publique internationale des crimes des Al Saoud au Yémen ?

Jacob Cohen:De toute façon le Yémen on en parle très peu, hélas ! L’affaire de l’opposant torturé et assassiné dans les locaux du consulat risque d’être gravissime pour la monarchie saoudienne et surtout pour son prince héritier. Les preuves s’accumulent, grâce aux fuites organisées par la Turquie, et mettent à mal la complaisance occidentale.

ATH :Le 17 octobre dernier, le président français Emmanuel Macron a posté un tweet dans lequel il considère les assassinats de manifestants algériens perpétrés par Maurice Papon le 17 octobre 1961, comme une manifestation violemment réprimée, ne pensez-vous pas que le locataire du Palais de de l’Élysée est en train de courtiser l’extrême droite et les harkis?
Jacob Cohen:Les dirigeants français ont toujours balancé à propos de l’Algérie, l’utilisant à des fins de politique intérieure et en fonction des élections. Un coup à droite un coup à gauche. Et sur ce plan, Macron qui n’a aucune conviction sur le sujet, passe facilement de l’un à l’autre.
Entretien réalisé par M.Mehdi