Jacob Cohen à AlgérieTouteHeure : La France n’est plus un pays souverain

383

La France vit depuis plusieurs jours au rythme de la contestation sociale, marquée par le phénomène Gilets Jaunes, un mouvement qui se revendique loin des calculs politiciens et syndicaux. Pour en savoir plus sur ce phénomène, AlgérieTouteHeure s’est rapprochée du journaliste et auteur français Jacob Cohen, connu pour sa vision anti-impérialiste et qui lui a toujours attiré les foudres des tenants du pouvoir politique et financier en France et qui servent les intérêts des lobbys sionistes.

AlgérieTouteHeure : La contestation observée depuis plusieurs semaines, par les Gilets Jaunes, témoigne le ras-le bol social de la dictature des banques, qu’en pensez-vous ?
Jacob Cohen : Ce ras-le-bol est le résultat d’une politique d’austérité menée par les gouvernements français depuis les années 80 : Privatisations et destructions de sites industriels, désindexation des salaires par rapport à l’inflation, délaissement de la campagne et des petites villes, hausses vertigineuses de l’énergie et multiplications des taxes. Et évidemment les centaines de milliards concédés aux banques sans contrepartie. Des millions de gens n’y arrivent tout simplement plus.

ATH : Les autorités françaises ne semblent pas conscient de la gravité de la situation et continuent de jouer sur l’amalgame entre les revendications sociales représentées par les Gilets Jaunes, et les casseurs et les opportunistes de la politique, quel est votre avis ?
Jacob Cohen :Les autorités françaises sont parfaitement conscientes des problèmes mais ne peuvent rien faire, quand bien même elles le voudraient. La France n’est plus un pays souverain. Elle a une dette artificielle de 2000 milliards dont elle paie 50 milliards d’intérêts chaque année parce que la finance mondiale (Rothschild) lui a interdit en 1973 d’emprunter gratuitement auprès de la Banque de France. L’Europe lui impose de libéraliser les services publics et de ne pas s’opposer à l’optimisation fiscale qui fait perdre des dizaines de milliards d’impôts.

ATH : Vous êtes l’un des premiers journalistes et auteurs, ayant dénoncé la politique française des derniers présidents, otages des lobbys sionistes et du pouvoir de l’argent ?
Jacob Cohen :Otages du pouvoir de l’argent, beaucoup de critiques l’ont fait. Mais nous sommes très peu à mettre le doigt sur la soumission au lobby sioniste.

ATH : A quelques mois des élections européennes, on assiste à un retour en force de l’extrême droite, véhiculant le discours de l’immigration, Qu’en pensez-vous ?

Jacob Cohen :L’extrême-droite arrivera probablement en tête mais cela n’aura pas de significations majeures. Elle ne pèsera pas au niveau national sur la politique d’immigration. Elle aura 2 ou 3 Députés de plus au parlement européen, mais celui-ci a peu de pouvoirs. Il est vrai cependant que le climat général sur ce plan n’est pas sain.

ATH : Le monde est de plus en plus divisé, ne pensez pas que Donald Trump a chamboulé l’ordre international ?
Jacob Cohen :Disons que Trump manifeste un peu plus ouvertement et cyniquement sa position de première puissance. Les précédents présidents américains le faisaient un peu plus subtilement. L’ordre international d’avant n’était ni plis juste ni plus équilibré.
ATH : AirBnb vient de se retirer des colonies sionistes, et depuis, elle attire les foudres des lobbys sionistes l’accusant d’antisémitisme, au moment où Benjamin Netanyahou est accusé de corruption, qu’en dites-vous ?
Jacob Cohen : D’abord ça montre que de grosses sociétés qui dépendent de leur image publique mondiale sont de plus en sensibles aux campagnes de BDS. En même temps l’accusation d’antisémitisme sert à toutes les sauces, et malheureusement ça marche dans le monde occidental. AirBnb aura probablement du souci à se faire aux Etats-Unis où la majorité des Etats fédérés ont passé des lois « anti-boycott ». Mais quelle que soit l’issue, c’est une claque contre le colonialisme sioniste.

Entretien réalisé par M.Mehdi