La France condamnée par contumace à Blida

3163

La France a échoué de maintenir son OPA sur l’Algérie, via ses instruments locaux, et avec elle ses médias qui sombrent de plus en plus dans la propagande et la désinformation, au détriment de l’information objective et la déontologie professionnelle (voire la dernière rencontre Macron Poutine-Macron à Paris et les reportages de BFM et RT, et la censure des déclarations du président russe).
Pour revenir au dossier algérien, nous invitons nos fidèles lectrices et lecteurs, à voir cette instrumentalisation des médias français au maintien de la main basse exercée sur l’Algérie par ses larbins(les anciens caporaux de l’armée coloniale), relayés par ses voix et plumes prêtées que sont les Nacer Djabi, Karim Tabou, Mustapha Bouchachi, Assoul,Amira Bouraoui, Boualem Salsal, Mohamed Sifaoui, Kamel Daoud, soutenus par Amellal le frère de la journaliste activiste du MAK, de France 24, Meriem Amellal. Tout ce beau monde était jeté dans la bataille de rééditer le scénario de janvier 1992, pour semer le chaos en Algérie, avec bien entendu l’effusion du sang des algériens.
La maturité du peuple algérien, accompagnée par la sagesse de l’ANP, novembriste qui s’est débarrassée de ses caporaux du colonialisme et néocolonialisme, ont eu raison de ce plan concocté dans les officines occidentales, particulièrement françaises. L’aveu d’échec de l’ambassadeur de France à Alger et ancien patron de la DGSE, Xavier Driencourt, annoncé par des médias français inféodés à la cause du néocolonialisme, sont là pour confirmer la tendance de la victoire du peuple algérien sur le complot, dont la concrétisation devrait s’assoir à l’occasion de la présidentielle du 12 décembre prochain. Echouant à détourner le Hirak de sa vocation de mouvement national visant l’amélioration des conditions de vie des algériens au sein d’un système politique nationaliste et démocratique, au profit d’un groupuscule qui lui est fidèle, la France joue la carte néocolonialiste du fédéralisme, c’est-à-dire la répartition de l’Algérie, pour mieux pomper ses richesses. Et là, elle mobilise tous les moyens dont elle dispose dont les mêmes individus pour s’en prendre et dénigrer l’ANP et son Chef d’état-major, qui ne cessent de revendiquer son appartenance au projet novembriste, et son attachement à la concrétisation des revendications du peuple, tout en réitérant qu’elle n’a aucune ambition politique
Ce mercredi 25 septembre, le média français France24, confirme son statut de média qui excelle dans la désinformation et la propagande, à l’occasion du débat consacré au verdict du procès du tribunal militaire de Blida. France 24 invitera en la circonstance Mohamed Sifaoui, une plume prêtée pour la cause de l’obscurantisme et le FIS dissous, et Neila Latrous, une journaliste embauchée pour servir la cause du MAK. Le média français qui chante la liberté d’expression et la confrontation des idées, n’en déplaise à Dieudonné et Jacob Cohen, se verse dans la communication unilatérale à sens unique, en occultant le rôle de la France dans les réunions extraconstitutionnelles, tenues à Alger, et même en France ,en présence d’officiels français. En média amnésique, France 24 avait oublié qu’elle ne cessait d’épingler le frère et conseiller du président déchu, Saïd Bouteflika, accusé de diriger l’Algérie officieusement, en l’absence d’Abdelaziz Bouteflika malade, en utilisant le sceau de la présidence de la république à l’occasion de la diffusion de communiqués, dont celui de la convocation du corps électoral pour la présidentielle du 18 avril dernier.
D’ailleurs, si la France se soucie du devenir du peuple algérien et de ses millions de jeunes qui sortaient à partir du 22 février, elle devra rapatrier l’argent volé et pillé par la bande « El Isaba », car cette même France est devenu un Etat receleur, en violation du discours qu’elle véhicule, comme c’est le cas pour le climat, où elle donne des leçons à certains pays comme le Brésil, concernant l’Amazonie, et elle se tait pour ce qui est de sa responsabilité dans la dépollution des sites utilisés pour les essais nucléaires comme celui de Reggane, dans le Sud algérien. Aujourd’hui, la France est archi battue en Algérie, par le peuple algérien et son ANP digne héritière de l’ALN, débarrassée de ses cellules néocolonisées, et qui ne cesse de clamer qu’elle n’a aucune ambition politique.
En conclusion, l’ANP demeurait le seul et constant allié de ce peuple que la France considérait au même titre que ses larbins, une quantité négligeable, et les mesures humiliantes d’octroi pour le visa sont là pour confirmer cette approche, sachant que cette France est restée en Algérie, 132 ans, sans visa.
En conclusion, les larbins du néocolonialisme doivent savoir que la France n’a jamais été une terre d’accueil où d’exil pour les révolutionnaires à l’inverse d’Alger, la Mecque des révolutionnaires, comme les Che,et Mandela. A bon entendeur