La France opterait pour l’anglais : Edouard Philippe à l’écoute de Chakib Khelil

289

La France de Molière serait prête à rejoindre l’autre rive de la Manche pour se mettre dans le giron de Shakespeare, l’Oncle Sam et la Reine Elizabeth II, c’est ce qui a été compris du message adressé par le premier ministre français Edouard Philippe, aux investisseurs français pour promouvoir le Commerce Extérieur français.
Pour le locataire de Matignon, il est indispensable aujourd’hui d’apprendre la langue des affaires, allusion faite à l’anglais, comme langue. Cette suggestion fait partie du plan de sauvetage qu’Edouard Philippe a concocté, pour équilibrer la balance commerciale de son pays. Sur ce registre, le premier ministre français a présenté un plan d’action, destiné à développer l’anglais chez les lycéens et étudiants tricolores. Edouard Philippe, convaincu des effets de la mondialisation sur l’économie de son pays, et du » Business model », incitant une » creative France » à retrouver les « success stories », à travers l’apprentissage de la langue de Shekspeare. Les recommandations d’Edouard Philippe pour sortir la France de sa crise économique, nous rappelle la feuille de route de sortie de crise de l’économie algérienne, exposée par l’ancien ministre de l’Energie M.Chakib Khelil, et qui trouva sur son chemin une résistance loin d’être économique, mais d’une logique de néocolonisé exprimée, par certains royalistes que le roi, notamment en ce qui concerne l’adoption de l’anglais, comme deuxième langue en Algérie. Il s’avère de facto, qu’Edouard Philippe a bien suivi Chakib Khelil dans sa vision malgré la différence entre les deux hommes, au moment, où nos francophiles demeurent otages de l’endoctrinement néocolonial.