Le Big Data et la précarisation  politique

556

Notre pays l’Algérie vit depuis une belle lurette, dans la précarité politique et l’absence de projections vers l’avenir, confirmant une culture de résignation et d’improvisation qui continue de gangrener et d’emprisonner les esprits.
A première vue tout ce qui logique et scientifique, synonyme de progrès, de maitrise des données et de promotion des compétences, est rejeté pour ouvrir la voie à l’obscurantisme destructeur, à la corruption et à l’opportunisme de bas étage.
Au moment où certains pays s’emploient à intégrer le monde du Big Data, en optant pour un enseignement technologique de haute facture, nos responsables ont jugé utile de supprimer l’enseignement technique au lendemain du millénaire. Et le génocide des futures générations ne s’arrête pas là, puisqu’on continue à enseigner à nos enfants les dogmes du terrorisme, issus de l’idéologie wahabite, au moment où nos forces de sécurité poursuivent leur combat contre la nébuleuse terroriste..

Dans le même sillage, le débat politique sur le devenir demeure en deçà des aspirations de nos glorieux et valeureux martyrs qui aspiraient à voir l’Algérie au-devant des nations les plus huppées du monde, et non une nation dont les enfants sont emportés quotidiennement par les vagues de la Méditerranée, où éblouis par l’obscurantisme rétrograde.