Le CNAPESTE, en voie de dissolution ?

131

Le bras de fer entre le ministère de l’Education et le CNAPESTE, vient de prendre une nouvelle dimension d’escalade, marquée par un éventuel retrait d’agrément du syndicat.

Ce lundi matin, le conseiller au ministère de l’Education Nationale Mohamed Chaib Draa Thani, a indiqué sur les ondes de la radio algérienne que le sort du CNAPESTE est entre les mains des pouvoirs publics, sans révéler exactement si le syndicat fera l’objet d’un retrait d’agrément. Le Conseiller du ministère, qualifiant la grève d’illégale et le syndicat, de hors-la-loi, a indiqué que les 19000 enseignants affiliés au CNAPEST seront licenciés, s’ils persistent dans leur mouvement de débrayage.

Face à cet éternel bras de fer, qui n’a pas encore livré tous ses secrets, la journée du dimanche 18 février a été marquée par l’entrée sur scène du ministère du Travail, qui annonçait de facto que des mesures disciplinaires seront prises à l’encontre des enseignants grévistes. Dans une correspondance adressée au CNAPESTE, le département ministériel de Mourad Zemali, accuse le CNAPESTE d’être le responsable des mesures qui toucheront les enseignants grévistes à savoir leur licenciement.

Pour ce qui est de la menace de l’année blanche qui pèse sur la scolarité de milliers d’élèves, Chaib Draa, a fait savoir que le taux de suivi de la grève observée par le CNAPESTE, ne dépasse pas les 4,65%. Deux wilayas sont grandement touchées à savoir Blida avec 54 jours et Bejaia avec 34 jours, selon l’invité de la radio qui ajoute que le rattrapage des cours non dispensés sera assuré par des enseignants réservistes qui font face à la résistance des enseignants grévistes, et qui tentent aussi d’impliquer les élèves dans ce bras de fer.