Le commerce juteux du fils de l’ancien Directeur de la CNAS d’Oran

2929

Au moment, où le vent de la lutte contre la corruption, les passe-droits, les malversations, les dilapidations des deniers publics, et particulièrement l’impunité, souffle sur l’Algérie, AlgérietouteHeure révèle aujourd’hui un des exemples des pratiques courantes marquant la vie publique, dont les principaux acteurs sont certains fonctionnaires, protégés par certains décideurs.
Notre exemple d’aujourd’hui évoque le cas du fils de l’ancien directeur de la CNAS d’Oran, en l’occurrence Abdelkrim Zerrouki, membre de l’ancienne assemblée populaire de la wilaya d’Oran, réputé être un proche de l’ancien ministre de la Justice et du Travail et de la Sécurité Sociale TayebLouh. Selon nos investigations, le fils de l’ancien patron de la CNAS, parti à la retraite après avoir passé le seuil des 70 ans, qui était aussi fonctionnaire de la ladite Caisse de la Sécurité Sociale, a réussi à dissimuler 16000 chèques de recouvrement lorsqu’il était responsable du service de recouvrement, sachant que les chèques ne devraient pas être hébergés dans les tiroirs plus que 48 heures. L’objectif visé par cette pratique occulte et inadmissible, selon nos investigations, est de contraindre les concernés à accepter « sa vision à la limite de la légalité, pour ne pas dire plus ». Cette situation lui valait en 2015 d’être traduit devant le Conseil de discipline, sachant que le concerné était poursuivi en justice en 2013, dans des affaires liées à son passage comme président de la commission des Œuvres Sociales de la CNAS de la wilaya d’Oran. Gourmandise oblige, le fils de l’ancien fils du directeur de la CNAS d’Oran est cité dans le commerce juteux des déclarations Annuelles des Salaires DAS, indispensables dans la constitution des dossiers d’octroi des prêts bancaires. Dans le même sillage, AlgérieTouteHeure avait appris que le concerné s’est emparé d’un patrimoine immobilier de la CNAS, à savoir une villa avec piscine dans la station balnéaire d’Ain El Türck, jouissant de la ruse de son père directeur qui évitera de lui délivrer une décision de peur d’être rattrapé par cette affaire de détournement de deniers publics. Sur ce registre, le successeur de son père, Mesli Lotfi entreprendra les démarches auprès de la Direction des Domaines de la wilaya d’Oran, en vue de récupérer le bien public. Cette action ne fût pas du goût du fils de l’ancien directeur de la CNAS qui décidera de poursuivre en justice, le successeur de son père, mais sans résultat, puisque la justice accordera gain de cause au responsable qui réclame la restitution d’un bien public au détriment de celui qui veut le détourner à des fins personnelles.
Par ailleurs, il faut noter, qu’Abdelkrim Zerrouki, victime d’une agression, il y a plusieurs mois, aurait réussi à inscrire l’agression en accident de travail pour bénéficier d’une invalidité avec un taux d’incapacité de 40%.
En conclusion, il est important de souligner, que les actions menées par l’actuel directeur de la CNAS de la wilaya d’Oran, pour récupérer les biens de la CNAS, et mettre fin aux pratiques frauduleuses portant préjudice au Trésor Public, n’ont pas été du goût de certaines « pique-assiettes » proches des râteliers du fils de l’ancien directeur de la CNAS d’Oran, et qui se lancèrent dans une basse campagne de dénigrement . Dont acte!