Le front social s’embrase en France : Macron de plus en plus décrié

161

Le front social s’embrase en France : Macron de plus en plus décrié

Des échauffourées avec les forces de l’ordre ont marqué la journée de contestation sociale du 9 octobre. En marge des jets de pierre et des charges de CRS, un jeune homme a été blessé à la tête puis appréhendé par la police.
La journée de grève et de manifestations du 9 octobre pour défendre le «modèle social» a été émaillée de quelques débordements, principalement à Paris, où plusieurs milliers de personnes s’étaient donné rendez-vous.
Les premières échauffourées ont éclaté boulevard Raspail dans le XIVe arrondissement, vers 15h. Le cortège en tête de manifestation, où s’étaient logées une centaine de personnes encagoulées, a été contraint de reculer à la suite de charges policières. Des jets de pierres ont visé les forces de l’ordre. Les affrontements ont fait au moins un blessé à la tête, selon des images du caméraman de l’agence vidéo Ruptly. La police a procédé a plusieurs interpellations.
Après avoir été stoppé pendant plusieurs dizaines de minutes en raison des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, la cortège a repris sa route dans un contexte moins tendu.
Près d’une centaine de manifestations ont été organisées en France, à l’appel de la CGT et FO, Solidaires, l’Unef, la FIDL et l’UNL pour protester contre la «destruction du modèle social», et contester les réformes touchant les retraites, l’assurance chômage ou bien encore Parcoursup. A Paris, la préfecture a annoncé le chiffre de 11 500 manifestants, tandis que la CGT en a compté 50 000.

Le remaniement se fera finalement sans démission du gouvernement, selon l’Elysée

Un remaniement ministériel est attendu, une semaine après la spectaculaire démission du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. Le Premier ministre n’a pourtant pas présenté sa démission lors de son entrevue avec Emmanuel Macron ce 9 octobre.

Tandis qu’une démission du gouvernement Philippe était jugée probable, l’Elysée annonce que le remaniement se fera «sans que le Premier ministre ne donne sa démission et celle de son gouvernement».

La présidence n’a pas précisé si ce remaniement, consécutif à la démission du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb il y a une semaine, serait annoncé le soir du 9 octobre ou ultérieurement.