Le quitus de Macron à Rabrab

222


De nombreux médias algériens jubilent à l’annonce de l’inauguration d’une usine de Cevital en France, par le président français Emmanuel Macron. Un président qui continue de duper les algériens, à travers des effets d’annonce sur des prétendues facilitations pour l’octroi de visas accordées aux journalistes, romanciers et hommes d’affaires, après celui de reconnaître les crimes coloniaux. Assister à l’inauguration d’un site de Cevital, signifie que le locataire du Palais de l’Elysée cautionne bien le patron de cette entité, à savoir Issad Rabrab, qui nous a promis un jour de lancer le train d’Afrique. Pour les économistes avertis, Issad Rabrab se focalise uniquement à mettre la main basse des produits agroalimentaires, comme le sucre et l’huile en Algérie, à travers des opérations d’importation ; qui ne ramènent rien au pays, mais qui pompent les devises glanées par les exportations des hydrocarbures (voire l’article de Mourad Benechenhou publié par Echorouk, intitulé l’Algérie n’est pas une république sucrée). La surmédiatisation de cette inauguration est loin d’être innocente, car Paris n’a jamais fait de cadeaux aux algériens. L’inauguration par le Chef d’Etat français d’une unité de Cevital, donne l’impression que Paris s’intéresse amplement aux investisseurs algériens que leur pays d’origine refuse, oubliant que les investissements de Rabrab en Algérie, ne concernent que les ventres des algériens à savoir l’huile et le sucre à l’instar de la stratégie diabolique de la mouvance obscurantiste et ses relais maffieux qui exerce une OPA sur le marché informel en Algérie, faisant barrière à toutes les initiatives visant l’instauration de la transparence dans les opérations commerciales. Le lancement de certains sites électroniques de soutien à une éventuelle candidature d’Issad Rabrab à la présidentielle 2019, s’avérait un préambule à un quitus de la France au patron de Cevital, et la présence de Macron aujourd’hui à cette inauguration en est une parfaite illustration