Le romancier Salim Bachi : « Rachid Boudjedra, instrumentalisé par le pouvoir algérien »

33

 

Tout en reconnaissant la grande  valeur de l’écrivain Rachid Boudjedra, le très controversé auteur du livre provocateur à toute une nation « Dieu, Allah, moi et les autres », Salim Bachi, accuse l’auteur du pamphlet «  Les contrebandiers de l’histoire » d’être un instrument au service du pouvoir en Algérie.
Une autre ineptie, véhiculée par les auteurs de la néocolonisation, ou de l’instrumentalisation islamiste.

Sans pour autant arriver à répondre à Rachid Boudjedra à travers les livres, les Salim Bachi, Kamel Daoud et autre Boualem Salsal, se versent dans l’invective et les contre-vérités, témoignant leur incapacité à se hisser à un niveau d’auteurs avérés, liés à des agendas d’officines et de centres d’influence, bien identifiés, d’où leur présence éphémère, sur la scène littéraire, qui ne perdure pas dans la durée, comme c’est le cas pour Yasmina Khadra, à l’inverse de Rachid Boudjedra dont la vie littéraire est presque égale avec son âge chronique. L’accuser de barrer la route aux jeunes talents, est une débilité criarde.