Les élucubrations et mensonges d’Abdarrazek Makri

580

La dernière déclaration du président du MSP, Abderrazek Makri ,concernant l’indépendance de son mouvement à l’égard des pays tiers ou d’officines étrangères , est tout simplement un flagrant mensonge, à la limite de la violation de l’intelligence des algériens. Abderrazek Makri qui se revendiquait de l’internationale islamiste opposée à la doctrine des nations, et de son obédience à ses mentors turcs et qataris, a tenté bien que mal de jouer le cheval de Troie à l’occasion de la mise en œuvre du plan visant la répartition des Etats arabes, appelé « printemps arabe » en rejoignant cette opposition moribonde, sans ancrage populaire, en vue de plaire à ses employeurs turcs et qataris pour être intronisé à la plus haute marche du pouvoir en Algérie. Cela s’est passé après la destitution d’Abou Djerra Soltani, et les fidèles du père spirituel du mouvement en l’occurrence le Feu Mahfoud Nahnah, porté plus sur l’Algérie que sur la Confrérie des Frères Musulmans.
A l’occasion de l’ouverture de l’université d’été du MSP, Abderrazek Makri joue la surenchère politique, pour convaincre ses sponsors politiques et financiers, en tentant de faire croire aux algériens qu’il est le seul homme politique indépendant vis-à-vis des plans étrangers. Son objectif pour assouvir ses ambitions politiques, est d’écarter ses adversaires politiques au niveau du mouvement comme Abou Djerra Soltani, affaibli par le démantèlement de l’Etat profond, et Abdelmadjid Menasra, qui devrait prendre le relais à l’occasion de la présidence tournante du MSP, après que son parti le Front du Changement ait rejoint le mouvement.
Sur ce registre, certaines sources avaient même annoncé qu’Abderrazek Makri avait l’intention de créer un nouveau parti, pour ne pas rater la future échéance présidentielle.
Abderrazek Makri compte énormément sur la confrérie internationale des Frères Musulmans, et ses principaux Chefs que sont Tayep Recep Erdogan et Cheikh Tamim et qui ne vont pas lésiner sur les moyens politiques, financiers via des associations caritatives religieuses occultes, le commerce illicite, et l’arsenal médiatique, représenté en premier lieu par la chaîne subversive qatarie d’Al Jazeera, et autres médias algériens, inféodés à la cause de la confrérie et à l’obsession présidentielle de Makri, qui s’est déjà vêtu du costume du nouveau » Dey » pour se mettre au service du néo-ottoman Tayep Recep Erdogan