Les JM21 d’Oran, menacés d’annulation ?

531

En date du 10 juillet 2019, le président du Comité International Olympique des Jeux Méditerranéens, Bernard Amsalem avait adressé une correspondance au président du Comité Olympique Algérien COA, Mustapha Berraf, l’invitant à prendre en charge les réserves émises par son Comité International Olympique, en matière de préparation des JM 2021 à Oran, et l’état d’avancement des projets devant abriter les compétitions.
Moins d’une semaine après, c’est-à-dire du 16 au 19 juillet 2019, une commission d’inspection du Comité International Olympique des JM, s’est rendue à Oran, où elle sera surprise de constater de visu le retard enregistré en matière de concrétisation des projets d’infrastructures et de préparation d’un tel événement international. Selon les informations, les JM21 risquent d’être annulés, et risquent de priver la wilaya d’Oran d’un événement censée la propulser au rang de grandes métropoles du bassin méditerranéen, comme ce fut le cas avec Barcelone, dont l’organisation des JO de 1992, lui avait ouvert la voie à un essor économique, culturel, sportif et social important, permettant l’émergence non seulement de la Catalogne, mais toute l’Espagne, devenue un pays solvable, courtisé et sollicité.

La menace d’annulation des JM, a pour cause l’incompétence des autorités locales, wilaya, DJAS et Comité locale d’organisation, ainsi que le COA dirigé par Mustapha Berraf, sachant que les personnes dévouées au pays, ainsi que l’actuel président du Comité International Olympique des JM, Bernard Amsalem, natif de Saida et M.Addadi n’avaient pas ménagé d’efforts, et de lobbying pour permettre à Oran d’abriter les JM21, et de surclasser la ville tunisienne de Sfax.
Mais, le travail de lobbying demeure sans effet, puisque le Comité locale d’organisation est composé d’éléments issus de la wilaya et de bénévoles, sans expérience, en matière d’organisation Evènement de la trempe des JM. Sur ce plan, il est important de signaler, que le siège du Comité locale des JM21 d’Oran, situé au boulevard de l’ALN, ex : BD Front de Mer, est sans Internet, les présents utilisent leurs téléphones mobiles, ce qui résume l’intérêt accordé à cet événement. Sur l’absence ce plan, nous citerons, l’absence de communication concernant certains volets de l’organisation comme le plan de circulation durant la tenue de la manifestation, ainsi que la mobilisation citoyenne autour de cet important événement, via un plan business, et le devenir des infrastructures d’accueil, après les JM.
Dans le même cadre, AlgérieTouteHeure a appris, que le Directeur de la Jeunesse et des Sports d’Oran, Badreddine Gharbi, en poste depuis l’ère du wali Boudiaf ( nous reviendrons sur ses activités à la limite de la légalité, dans une de nos prochaines éditions) demeure l’artisan de ce bricolage, en matière de mise à niveau de cahier de charges olympien , concernant la préparation de cette manifestation internationale, et la mise à niveau olympien des infrastructures devrant abriter les compétitions, et là, nous citerons les sanitaires au modèle turc, réalisées au niveau du village olympique, avant de les enlever, et les remplacer au détriment de l’argent du contribuable et du Trésor Public.
Dans le même sillage, nous relevons l’omniprésence d’une Isaba qui gravite autour de cet événement, en diffusant des menaces via des vidéos postées, pour dissuader l’actuel ministre de la jeunesse et des Sports , Abderaouf Bernaoui, de se rendre à Oran, en vue de constater de visu l’état d’avancement de la préparation et de la livraison des infrastructures.
L’éventuelle visite de Bernaoui, signifiera tout simplement le limogeage de l’actuel incompétent DJS