L’étau se resserre sur les transitaires de la transition pérennisée

598

A l’heure, où l’étau se resserre sur les vendus et inféodés aux plans et agendas des officines étrangères, l’ANP demeure déterminée à accomplir sa mission de protectrice de la Constitution, et le recours à la solution constitutionnelle, unique solution pour éviter au pays les périodes de transition, génératrices, de tous les dangers pour l’unité et la stabilité au pays. Étrangement, ceux qui chantent depuis des décennies la démocratie et la souveraineté populaire, refuse cette solution démocratique, sachant que dans les pays dirigés par les dictatures , les militaires refusent de céder le pouvoir en préconisant les périodes de transition, ce qui n’est pasle cas en Algérie où l’ANP exhorte la classe politique et les intervenants dans la scène politique à aller rapidement versune élection présidentielle libre et transparente pour élire un président, fort de sa légitimité populaire, version des urnes, pour mener les réformes nécvessaires pour l’édification d’un Etat démocratique et souverain dans ses décisions.
Donc, pourquoi, refuse-t-on la solution constitutionnelle, défendue par l’ANP , protectrice de la Constitution ?
La réponse est simple, l’ANP joue son rôle d’institution de la république, au moment, où des partis politiques sans programmes clairs pour le devenir du pays et sans ancrage populaire, demeurent confinés dans une bulle et discours dépassé, qui ne peut même pas assouvir les tentations populistes. Idem pour les syndicats et organisations relevant de la société civile, qui cède le terrain de la citoyenneté pour remplacer les politiques, en devenant à l’occasion du Hirak, des experts dans l’interprétation de la Constitution. Ces mêmes syndicats qui prenaient en otage, l’école et l’hôpital algériens, ne se sont jamais manifestés pour dénoncer et lutter contre les pratiques obscurantistes de charlatans, et les exemples nous mènent vers ces individus qui défilent sur les plateaux des médias pour médiatiser leur charlatanisme.
Un charlatanisme qui est passé sous silence quand un directeur d’établissement scolaire à Oran, avait évacué les élèves pour ramener un charlatan en vue de purifier le site de « Satan » et là aucun signe de vie des syndicats de l’Education, dont le seul souci est de s’accaparer des œuvres sociales du secteur. Idem pour les syndicats de la santé qui observent le silence au sujet de l’infiltration du charlatanisme au sein de l’activité médicale et sanitaire. L’apparition et l’ascension fulgurante d’un certain Belahmar promu professeur par certains sulfureux médias lourds, et de Zaibet, l’inventeur-miracle du remède du diabète, sont autant d’exemples de la faillite de nos syndicats satellites de certains courants idéologiques et du militantisme partisans , qui nous proposent aujourd’hui des solutions pour le devenir politique du pays. L’ouverture des dossiers de financement de certaines associations par des officines occidentales et de certains Etats du Golfe, devient impérative pour accompagner la dynamique de lutte contre la corruption, et la mainmise de l’Etat profond et de la Bande, en vue de baliser le terrain à l’édification d’un Etat uni de droit,où la séparation des pouvoirs est respectée, comme le souhaitaient nos glorieux martyrs et une grande partie de ce peuple.
M.Mehdi