Maroc-Iran : Un transfuge du FIS dissous, au service de MBS

74

Il s’est distingué par sa propagande au profit de Qatar et sa campagne d’agression contre la Syrie en 2011 ; après avoir servi la cause terroriste en Algérie durant la décennie noire, et aujourd’hui, il est recruté en tant que propagandiste au profit du régime des Al Saoud.
Il s’agit bel et bien, du cyberactiviste répondant au nom d’Anouar Malek, un activiste détenteur de la nationalité algérienne, qui se manifeste depuis quelques temps par des écrits propagandistes quotidiens postés sur son compte twitter, en faisant croire que l’attaché culturel de l’ambassade d’Iran, en Algérie, Amir Moussaoui, est en train de créer sur le sol algérien  « le Hizbollah maghrébin » au su et au vu des autorités algériennes, en vue de souiller la crédibilité de son pays, connu pour ses positions impartiales et neutre vis-à-vis du conflit des axes, et de donner de la crédibilité aux arguments farfelus et ubuesques du Makhzen, dont il sert d’agent et de propagandiste à travers la chaîne subversive d’al Magharibia des fils du fondateur du parti dissous Abassi Madani.
Le makhzen ne trouvera pas mieux pour justifier sa décision de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, en accusant le mouvement de résistance libanaise le Hizbollah d’armer le Polisario, que de lancer dans le bain le fantoche Anouar Malek, un cyberactiviste qui ne dit rien au sujet de l’aide fournie par l’Iran au FIS dissous, au début des années 1990, pour la création d’un Etat fasciste en Algérie au service des plans sionistes, de semer le chaos dans le pays d’un million et demi de martyrs.
Anouar Malek qui considère le Polisario comme une organisation terroriste, reçoit aujourd’hui des sommes colossales de Ryad pour soigner l’image de la monarchie wahabite, en vue de recruter des journalistes, et intellectuels algériens, en vue de soutenir la cause de MBS, et son plan de liquidation de la cause palestinienne et la normalisation avec l’ennemi sioniste