Nationalisation des hydrocarbures et les manœuvres de la France : Les nouvelles révélations de Chakib Khelil

945

Dans une nouvelle vidéo postée sur sa page Facebook, l’ancien ministre algérien de l’Energie, Docteur Chakib Khelil, revient sur le processus de nationalisation des hydrocarbures et les manœuvres de la France pour empêcher l’Algérie d’atteindre cet objectif, synonyme de matérialisation de l’indépendance et concrétisation de la souveraineté nationale sur les richesses du pays.
Sur ce registre, Chakib Khelil révèle de nouvelles informations liées à la préparation de l’annonce de la nationalisation des hydrocarbures le 24 février 1971. Pour l’ancien ministre de l’Energie, l’entame le processus de préparation de cet évènement historique débutera aux USA, avec l’élaboration d’études et la collecte d’information sur les gisements de pétrole du pays, effectuée par une équipe d’ingénieurs algériens établis aux Etats Unis d’Amériques, accompagnés de conseillers, regagnant le pays un mois avant la date historique de la nationalisation. Pour Chakib Khelil, qui occupait durant cette période le poste du président du département des puits de pétrole à la Sonatrach, les ingénieurs français ont déployé tous les moyens pour empêcher la nationalisation des hydrocarbures, en recourant à la confiscation des documents et archives concernant les gisements et puits de pétrole du pays, des manœuvres avortées par des ingénieurs et douaniers algériens, réussissant à avoir accès à tout ce qui est lié à la documentation.
« Après la nationalisation, nous avons géré les gisements de pétrole avec sept ingénieurs algériens, accompagnés par des ingénieurs russes, palestiniens, iraniens et même américains » indique Chakib Khelil, précisant au passage que l’Algérie ne disposait ni de géologues, ni d’ingénieurs de haut niveau et louant la volonté et l’engagement des cadres et employés de la Sonatrach, ayant réussi à produire un million de baril/jour ; un volume inchangé jusqu’à sa nomination comme ministre de l’Energie et prise des destinées du secteur de l’énergie en Algérie.
Les nouvelles révélations de Chakib Khelil sont semble-t-il une réponse à ceux qui l’ont accusé d’avoir bradé les richesses du pays, en particulier la porte-Parole du PT Louisa Hanoune, et une réponse aux négociants et les médias inféodés à leur cause et qui ont toute longtemps aménagé la France, lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts suprêmes de l’Algérie. Voire https://web.facebook.com/officielchakibkhelil/videos/473475783159644/