Ne jouez pas avec les martyrs

231

La réaction du Seddik Chiheb et des services du Premier ministère algérien au sujet du récent discours du Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia prononcé à Paris, qualifiant les 1,5 million de martyrs de morts, est somme toute ridicule à plus d’un titre dans la mesure, ou le porte-parole du RND, devenu un linguiste par la force de la chose, tente bien que mal d’expliquer aux algériens le concept du pragmatisme, oubliant de facto, que le mot mort au lieu de martyr est destiné à banaliser la portée du combat de ceux qui se sont sacrifiés pour la liberté et l’indépendance de l’Algérie.Sur ce registre, les algériennes et algériens ne voient aucun pragmatisme en jouant sur les concepts dans la signification n’est pas identique
Seddik Chihab au même titre que son mentor, oublient que le colonisateur considéraient nos glorieux martyrs et valeureux moudjahidine, comme « terroristes ». Cet ancien colon considérait il y a si peu de temps les terroristes du GIA, comme insurgés ou rebelles, lorsqu’ils perpétraient des massacres en Algérie. Ces mêmes terroristes deviennent des terroristes lorsqu’ils commettent des actes terroristes en France. Tout se joue autour de concepts et de mots-clés destinés à les ancrer dans l’esprit de l’opinion publique. Banaliser l’acte martyr n’est pas une erreur politicienne, ou mauvaise interprétation, comme nous le fait croire Seddik Chihab, ou une polémique destinée à la manipulation politique, comme l’insiste à le dire Ahmed Ouyahia. Il convient de souligner, que ce n’est pas la première fois que le SG du RND, aborde dans le sens du rapprochement avec ceux qui agissent au nom de l’équilibrisme de la mémoire, cher à Emmanuel Macron, au retour des harkis et pieds-noirs, et à l’adoption de la reconnaissance au lieu de la repentance. Est-ce l’ambition présidentielle qui incite Ahmed Ouyahia à faire des concessions au nom des algériens, pour faire plaisir aux anciens colons dans la perspective de l’échéance 2019 ?
M.Mehdi