Oran : 7 directeurs d’écoles primaires menacés par des mises à l’écart

179

Le secteur de l’Education se porte mal dans la wilaya d’Oran à l’instar de d’autres wilayas du pays, faute d’une bonne gestion des dossiers liés à l’épanouissement d’un secteur fort stratégique et névralgique. Ainsi, on vient d’apprendre, que des dizaines de directeurs d’écoles primaires admis dans le sillage du concours de recrutement opéré le 20 juillet dernier, et qui exercent depuis le début de la rentrée scolaire, sont menacés de non reconnaissance de leurs nouveaux postes, compte tenu du flou et de l’amalgame qui entourent l’application des décisions liant le secteur de l’Education à la Fonction publique.
Sur ce registre, il était prévu, 168 postes budgétaires pour les candidats disposant de 7 années d’expérience, ou détenteurs de la catégorie 12, pour prétendre au passage du concours organisé par la Direction de l’Education de la wilaya d’Oran, le 12 juillet 2017. Les résultats affichés ensuite par cette dernière ont donné accès à 121 candidats admis, avec un manque de 47 postes. Les candidats admis ont obtenu le 30 août 2017, leurs affectations au niveau de différents établissements scolaires de cycle primaire, avec l’obligation de suivre une formation de 15 jours mensuellement au niveau de l’ITE, depuis le mois d’octobre dernier. Aujourd’hui 7 directeurs, parmi les admis et ayant suivi cette formation sont menacés par une mesure de mise à l’écart, inexpliquée, résultat d’improvisation et manque de transparence en matière d’interprétation de textes de lois entre le département ministériel de Nouria Benghabrit et la Direction Générale de la Fonction Publique. La situation ambiguë du devenir des 7 directeurs des établissements scolaires à Oran, les a contrainte à aller vers les instances judiciaires, au lieu de s’occuper de l’aspect pédagogique à quelques semaines de la fin de la saison scolaire qui s’annonce explosive, d’où la nécessité à la première responsable du secteur d’intervenir pour rétablir ces jeunes directeurs dans leurs droits et de dissiper le pessimisme imposé par certains pour nuire au devenir des enfants du pays, pour arriver à leurs fins d’ordre politicienne et partisane.