Quand des pique-assiettes s’attaquent au devoir de responsabilité

339

Le député du FLN , de la wilaya d’Oran Mir Mohamed Seghir fait l’objet d’une campagne de dénigrement de la part de certains énergumènes qui croient que détenir un compte Facebook, leur ouvrent le droit de dire des obscénités sur des personnes, ou les accuser de tous les maux de la planète.
Cette campagne est menée par certains individus connus sur la place d’Oran comme des pique-assiettes qui mangent à tous les râteliers, et qui s’en prennent à lui pour une raison liée à sa proximité avec les citoyens. Sur ce registre, il demeure la seule personne élue par le peuple à avoir ouvert une permanence pour écouter les préoccupations des citoyens et les transmettre aux autorités compétentes, avec qui il demeure une personne très écoutée et respectée.
Ces mêmes individus qui prétendaient être des fils d’Oran, ont durant les années 90 joué le rôle et du complaisant dans le détournement du foncier à Oran, un détournement qui a compris le développement de cette wilaya charnière du pays. Au temps du wali Bachir Frik, ces individus ont participé activement au dépeçage de la wilaya d’Oran( les écrits restent).
En conclusion, être un proche de la famille de Bouteflika, n’est nullement un délit, comme le prétendent ces énergumènes, le Président Bouteflika demeure un homme d’Etat que personne ne peut contester son passé ou parcours. La maladie a eu raison de lui, dans un pays où il est indispensable de remettre le flambeau à la jeune génération dont la première mission est de se débarrasser de ces énergumènes qui observent aujourd’hui le silence sur la gestion de la collectivité à Oran, ou le massacre a pris des proportions alarmantes avec la complaisance de ces individus, dont nous reviendrons en détails sur leur participation au viol d’Oran