Quand les relais médiatiques du néocolonialisme s’attaquent à Gaid Salah

368

Tout se joue à découvert, les propos tenus ce mercredi par le chef d’état-major de l’ANP, à Oran, faisant allusion à l’existence de relais intérieurs de puissances étrangères recherchant à semer le chaos et la déstabilisation de l’Algérie, n’ont pas laissé indifférents certains milieux politico-médiatiques qui n’ont pas tardé à réagir, se versant dans l’obscénité et l’invective faute d’argumentation.
Après Saïd Sadi qui appellera Gaid Salah à partir, pour avoir refusé de cautionner la violation des dispositions de la Constitution, comme ce fut le cas en 1992, c’est autour des quotidiens El Khabar et El Watan de réagir, par des Unes et caricature obscène ( signée le Hic à El Watan) en s’attaquant à Gaid Salah qui n’exprimé que la mise en œuvre des revendications des manifestants, dans le cadre constitutionnel, à travers le recours aux urnes et non au coup d’état en faveur des bandes ayant sucé le peuple algérien à partir du début des années 90, avec l’apparition des lords de guerre et qui se sont enrichis grâce à la mise à mort programmée du tissu économique du pays, sur injonction des instances financières de Bretton Woods et des Clubs de Paris et Londres. La guerre déclarée par Gaid Salah aux foyers de la corruption, qui ne se limitent pas uniquement à ceux apparu durant le règne de Bouteflika, touchera sans aucun doute les sponsors politiques et médiatiques de ceux qui veulent rééditer le scénario de 1992