Quand l’opposition viole la loi et la Constitution

275

L’opposition au Président Bouteflika a tout le temps appelé ce dernier au respect de la Constitution, en l’invitant ce samedi à se retirer après la fin de son mandat le 18 avril prochain.
Cette même opposition se revendiquant soucieuse de la légitimité constitutionnelle, la viole en invitant les membres d’un parti dissous, et responsable de la tragédie nationale à siéger et débattre le devenir d’une Algérie républicaine, démocratique et moderne, sachant que ce parti dissous n’est qu’un parti théocratique et fasciste.
Donc, il est légitime de s’interroger, sur la composante de cette opposition sans ancrage populaire et qui tente bien que mal d’imposer au peuple algérien sa vision déjà consommée, et qui ne représente aucune issue à l’actuelle impasse politique