Quand une algérienne, s’est dite victime du Consulat d’Algérie à Grenoble: Messahel interpellé

908

Elle s’est dite victime d’injustice, d’harcèlement et de chantage de la part des responsables du Consulat d’Algérie à Grenoble en France.
Il s’agit de Mme Bouchra Aifa, qui à travers nos colonnes, interpelle le Ministre des affaires Etrangères Abdelkader Messahel, au même titre que l’ambassadeur d’Algérie en France, connus pour leur intégrité, en vue de mettre fin à son calvaire et cette injustice qui perdure dans le temps. Pour Mme Aifa, les dernières instructions émanant du Chef de la diplomatie algérienne à l’adresse des chefs de postes consulaires pour la prise en charge des préoccupations de la communauté algérienne en France, l’ont incité à l’interpeller sur son cas. Interrogé par nos soins sur son cas, Mme Aifa, tire à boulet rouge sur le vice-consul d’Algérie à Grenoble, et son épouse, les accusant d’harcèlement et chantage et de l’avoir « dépouillé » de ses honoraires de travail (salaires, heures supplémentaires). Pire encore, notre interlocutrice accuse le chef personnel de l’avoir agressé physiquement, lui causant un arrêt de travail, bien relevé par le médecin légiste de l’hôpital de Grenoble. Cette agression selon elle intervenait lors de sa période de grossesse, l’obligeant à cesser toute activité, ce que recherchaient ces mêmes responsables, en vue de l’éjecter à la rue.
Toutes les actions entreprises pour la rétablir dans ses droits, ont été déclarées vaines à cause de l’entêtement des responsables du Consulat algérien à Grenoble qui ne jugera pas utile de répondre au Conseil de Prud’hommes de Grenoble. En conclusion, la prétendue victime croit dur comme fer que le ministre algérien des AE se penchera sur son cas