Rabehi : « le professionnalisme et l’éthique sont la condition sine qua non de la crédibilité du journaliste et du média »

319

Le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Hassan Rabehi a mis en avant, mardi à Alger, « le rôle important des médias et à leur tête les Agences de presse », tout en soulignant que « le professionnalisme et l’éthique sont la condition sine qua non de la crédibilité et de la renommée du journaliste et du média »

Dans une allocution prononcée à l’occasion de l’ouverture des travaux de la 28ème Assemblée générale de l’Alliance des agences de presse méditerranéennes (AMAN), M. Rabehi a souligné « le rôle important des médias et à leur tête les Agences de presse », dans la « consolidation des valeurs de bonne gouvernance et de démocratie « .

« Vous n’êtes pas sans savoir que le professionnalisme et l’éthique constituent le socle de toute action médiatique intègre et la condition sine qua non de la crédibilité à laquelle se mesure la renommée et la place du journaliste et du média », a-t-il soutenu, précisant « qu’il s’agit d’un défi auquel les Agences de presse, en particulier, sont appelés à apporter des réponses concrètes pour y faire face et contribuer à l’édification d’un système médiatique bien fondé et sérieux, notamment au niveau des pays méditerranéens, unis par des valeurs et une histoire communes ».

A ce propos, le ministre a affirmé que « l’Algérie qui est fermement attachée aux principes de démocratie réelle, aux valeurs nationales, à la souveraineté des Etats, à la non-ingérence dans leurs affaires internes et au bon voisinage, ne ménagera aucun effort pour soutenir l’action des Agences de presse de la Méditerranée, dans l’intérêt de nos médias communs », soulignant que « l’Algérie n’a jamais eu de cesse d’être enclin, de manière positive, au dialogue et la relance des traditions de concertation entre frères et amis, ce à quoi elle mise dans le domaine des médias et de la communication ».

« La Méditerranée a eu une contribution substantielle dans cette culture du vivre ensemble en paix, en offrant un espace de dialogue et de coopération, c’est pourquoi nous sommes appelés aujourd’hui à jeter des passerelles de communication entre peuples, loin de toute forme de violence, de marginalisation et d’exclusion », a conclu le ministre.