Réapparition de Gaid Salah, la fin des négociants et le monopole du SLC de Nezzar

22285

Ce dimanche 13 octobre 2019, a été marqué par la réapparition du Chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah, objet de Fakenews les plus folles et les plus débiles sur son état de santé, l’adoption par le Conseil des Ministres du projet de loi sur les hydrocarbures, qui met fin aux négociants occultes qui se sont enrichis sur le dos de la Sonatrach et du peuple, et la suspension d’octroi du visa pour la France par le Consulat Général de France, dans le sillage de la fin du monopole exercé par la société du fils du général à la retraite en fuite, Khaled Nezzar, en l’occurrence SLC et qui empochait la bagatelle somme de 20 millions d’euros annuellement.
Sur ce registre, l’apparition de Gaid Salah donnera des sueurs froides aux acolytes de la Bande , l’Etat profond, et les larbins des officines étrangères qui perdent de plus en plus de plumes sur le plan de la rue, où le peuple est convaincu que seule la solution constitutionnelle des urnes,préconisée par l’ANP, épousée par la grande majorité du peuple algérien, est salutaire, pour sortir avec un président fort de sa légitimité populaire, capable de sortir le pays de sa crise politique en vue d’édifier la nouvelle république algérienne.
L’adoption du Conseil des Ministres du projet de loi sur les hydrocarbures; met fin au rôle que jouaient les négociants, d’où cette campagne menée par certaines voix et plumes prêtées pour semer la confusion au sujet du projet de loi. Et là, nous nous sommes retrouvés avec des « experts énergétiques » sans connaissances ni bagages, pour plaire aux rentiers qui empochaient des sommes colossales, derrière des bureaux climatisés, dont certains sont établis à l’étranger.
La dernière information du jour nous vient du Consulat de France qui décidera de suspendre l’attribution des visas aux algériens, parce que l’ARPT avait décidé de mettre fin au monopole exercé par la SLC, propriété de Lotfi Nezzar, fils de l’ancien ministre de la Défense Nationale, le général à la retraite Khaled Nezzar, condamné par contumace ainsi que son fils à 20 années de réclusion criminelle, pour conspiration contre l’Etat et l’ANP.