Saadani, prépare-t-il son exil marocain ?

2309

La sortie de l’ancien Secrétaire Général du FLN, Amar Saadani, au sujet du dossier du Sahara Occidental a surpris la classe politique algérienne, tout en faisant réjouir le Makhzen et ses acolytes, favorables l’annexion des territoires sahraouis. Pour beaucoup la sortie d’Amar Saadani cache son intention de s’exiler au Maroc, au cas où il sera convoqué éventuellement par la justice algérienne dans le cadre des enquêtes sur la corruption, trafic d’influence, détournement de fonds et dilapidation de deniers publics.
Selon certaines indiscrétions, la mise en détention du très controversé Bahaeddine Tliba et avant lui Mohamed Djemai, ancien SG du FLN, réputés proches d’Amar Saadani, ouvrait la voie à l’interpellation de ce dernier cité dans le scandale des détournements de fonds de la GCA, estimés à 500 millions de dollars.
Pour rappel, en 2009, il avait été accusé d’avoir capté à travers une société-écran appelé El Karama, 3000 milliards de centimes. Dans le même sillage, Amar Saadani avait demandé à la Cour Suprême d’enquêter sur les accusations du DRS du général Toufik, incarcéré à la prison militaire de Blida, sur une prétendue affaire de détournement de 3600 milliards de centimes.
Concernant sa déclaration sur le Sahara Occidental, Amar Saadani semble trahir même ceux qui sympathisaient avec lui, dans la mesure où le dossier du Sahara Occidental, est un problème de décolonisation, dont la communauté internationale s’est déjà prononcée en faveur de l’organisation d’un référendum d’autodétermination. Ce qui conforte la position constante de l’Algérie, favorable à la légalité internationale, et le soutien indéfectible aux causes justes, conformément aux principes de la révolution du premier novembre. Sur ce registre, même le FLN devra réagir pour radier Saadani de ses rangs, car ce parti s’est toujours positionné pour les causes justes de ce monde, dont celle du peuple sahraoui.