Sahara : Les élucubrations du mandataire marocain,du néocolonialisme, Tahar Ben Jelloun

1000

 

L’auteur marocain, proche de la sphère sioniste en France et mandataire par excellence du néocolonialisme Tahar Ben Jelloun  récidive ce lundi 9 avril, à travers « une diarrhée historique «  et une diatribe de mauvais goût, publiée sur son blog. Évoquant le respect du Makhzen pour les résolutions onusiennes, l’auteur en analphabète du droit international, et ignorant les lois internationales, en matière de bornage des frontières issues de la décolonisation, considère la wilaya algérienne de Tindouf, comme terre marocaine. L’auteur appartenant à l’élite de la spoliation, considère que Tindouf a été annexée en 1934 par la France, et l’Algérie en 1962, insultant la mémoire, l’histoire et les sacrifices des martyrs algériens. Oubliant le Hirak du Rif marocain, la répression du Makhzen à l’égard des manifestants pacifiques marocains, les bousculades meurtrières de Djerada et les violations des droits de l’homme les plus élémentaires des détenus politiques sahraouis, il s’attaque à l’Algérie, témoignant son ignorance en matière d’investissements algériens en matière du secteur socioéconomique,un pays qui s’est investi depuis son indépendance dans l’édification d’un Etat social, basé sur la gratuité de l’enseignement et les soins, et l’engagement dans la subvention des produits de première nécessité.
Justement, le durcissement de la lutte contre le trafic de drogue, de la contrebande, et du trafic d’armes en provenance du Maroc, engagé ses dernières années, avec l’entrée en la matière de l’armée algérienne, s’est répercuté sur tout l’Est du Maroc, et sa population vivant des produits subventionnés par l’Etat algérien, à l’instar des produits alimentaires et du carburant. Cette situation a généré ces grandes manifestations qui ébranlent le Royaume, qui au lieu de s’occuper de l’amélioration des conditions de vie des marocains, poursuit sa politique de va-t’en- guerre et ses dépenses militaires importantes pour priver le peuple sahraoui de son droit légitime à la liberté et l’indépendance, reconnu par la communauté internationale.
Pour confirmer sa débilité, Tahar Ben Jelloun cite les propos de son confrère de la corporation de mandataires du néocolonialisme, Kamel Daoud, « Je suis marocain ».
M.Mehdi

 

 

.