Saïd Bouhadja »:  » J’y suis , j’y reste »

658

En réaction à la désignation de Moad Bouchareb, président du groupe parlementaire du FLN, comme candidat à sa succession à la présidence de l’APN, Saïd Bouhadja s’accroche bien que mal à son perchoir et se dit déterminé à rester à son poste. Cette détermination a été confirmée par TSA Arabi, lors d’un entretien avec Saïd Bouhadja, qui dira « Je resterai le président légitime de l’APN « . Pour Saïd Bouhadja, la mise en scène de sa destitution est ubuesque, car la démission doit intervenir de bon et plein gré, et non imposée par la force par des personnes qu’il affirme connaître leur passé douteux. Saïd Bouhadja estime que son éviction a été planifiée depuis quelques temps, et les agissements du retrait de confiance annonçaient la couleur, en violation de la loi, dans le but de provoquer la vacance. Saïd Bouhadja estime en outre, que ce complot a été planifié par des forces occultes, notant qu’il n’était jamais question de s’éterniser dans ce poste. Interrogé sur l’élection ce mercredi d’un nouveau président de la chambre basse du parlement, Saïd Bouhadja, souligne que le bureau illégal de l’assemblée avait envoyé des messages aux députés pour participer à la séance du vote , indiquant que son retour à l’APN, est lié à la réunion de plusieurs conditions, dont celle d’être considéré encore comme président de l’assemblée, la suspension de la décision de vacance, la levée des cadenas des portes d’entrée et le retour des fonctionnaires du 5ème étage. S’estimant non opposé à la dissolution du parlement, Saïd Bouhadja adressera un message au président de la République, l’appelant à protéger les lois de la république, notant que le mouvement de sympathie des citoyens exprimé à son égard, n’est nullement à l’amour à sa personne, mais à la crainte des algériens libres de perdre la doctrine de matérialisation de l’Etat de droit.