Sellal-Berraf, le tandem qui a mis à genoux le sport algérien

1592

Là, où il est passé, on découvre le chaos, il s’agit de l’ancien Premier Ministre Abdelmalek Sellal, incarcéré actuellement à la prison d’El Harrach. Aujourd’hui, on évoquera son passage comme ministre à la tête du département de la jeunesse et des sports, un secteur névralgique pour une large frange de la société algérienne, particulièrement cette jeunesse livrée à elle-même.Selon notre confrère Aljazairalyoum.com , citant des sources dignes de foi, le secteur de la jeunesse et des sports a été durant de longues années et l’est encore, otage d’une bande qui pris en otage la jeunesse algérienne, en détournant l’argent destiné à la réalisation d’importants équipements publics,liés à la promotion des activités sportives et de divertissement. aljazairalyoum.
com cite en cette occasion le cri d’un jeune dénommé Fezouine, qui choisira les réseaux sociaux pour dénoncer les pratiques de cette mafia à son égard. l’histoire concerne un ancien membre du Comité Olympique Algérien COA, présidé par Mustapha Berraf, et ancien président du président de la fédération algérienne du cyclisme, dont les déboires débutent à l’entame de 2015, suite à sa découverte de dépassements en matière de gestion financière du COA, et son refus de présider la délégation algérienne qui devait participer aux Jeux Méditerranéens JM 2015 de Pescara en Italie, ainsi que son refus de faire partie de la délégation sportive algérienne qui devait participer aux Jeux Olympiques 2016 de Rio de Janeiro au Brésil. Fezouine qui avait cru que la défense de l’argent public, aura des oreilles attentifs de la part du Chef de l’Exécutif, Abdelmalek Sellal sera surpris d’être jeté en pature et classé dans la case des hors la Loi par la bande. Abdelmalek Sellal décidera d’instruite l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports Mohamed Tahmi en l’ordonnant d' »ouvrir une enquête sur le lanceur d’alerte et président de la fédération algérienne du cyclisme; en vue de protéger son ami Berraf. La commission d’inspection envoyée par le ministre des sports , ne pouvait confirmer le contenu du rapport trompeur de Berraf, et là, le lanceur d’alerte sera surpris par une convocation de l’Organe Centrale de Répression de la Corruption OCRC, et l’entrée sur scène de la BEF de lasureté de la wilaya d’Alger, dirigée par Berachedi, sur ordre de l’ancien patron de la DGSN, Abdelghani El Hamel. La BEF saisira le matériel informatique de la fédération algérienne du Cyclisme, sans référence juridique conformément à la loi en vigueur. Dans le même sillage, il faut noter que Fezouine avait dénoncé le recours au subterfuge maffieux du double ordre de mission pour empocher doublement les frais de mission, une pratique maffieuse et illégale utilisée depuis des années sans que ses auteurs ne soient inquiétés outre mesure.

Le scandale de la gestion du championnat du monde de Handball par Ould Ali

L’organisation du championnat du monde des jeunes, par l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports El Hadi Ould Ali et son proche SG; Bakri, à la place de la fédération algérienne de Handball avait coûté au Trésor Public la coquette somme de 65 milliards de centimes, dont le rapport de l’IGF avait été enterré, et qui aurait mis fin à la carrière de Mustapha Berraf, réputé être proche des anciens premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia. Cela explique et confirme la complaisance du ministère de la Jeunesse et des Sports avec le COA, notamment le scandale des JO de Rio de Janeiro, et le préjudice financier de 670 milliards de centimes, jumelé aux conditions lamentables de préparation de nos athlètes comme Bouraada et Toufik Mekhloufi, qui coincidaient avec les avantages accordés aux proches de certains responsables qui accompagnaient la délégation sportive au Brésil