Sortie réussie de Tebboune: plaidoirie pour l’émergence des jeunes et l’équilibre des pouvoirs

1162

Deux ans et plus après avoir été limogé de son poste de premier Ministre, le candidat Abdelmadjid Tebboune réussira ce mardi sa sortie médiatique à l’occasion de l’entretien qu’il accordera à plusieurs médias algériens dont AlgérieTouteHeure.com, comme l’indiquent les échos que nous avons recueilli. Le candidat Tebboune s’est montré serein, maîtrisant les sujets soulevés lors de cette rencontre avec les journalistes, loin de la surenchère politique, le populisme rétrograde et la langue du bois. En très bon communicateur, il révèlera quelques points de son programme électoral, comme l’édification d’une nouvelle république, qui n’a rien à voir avec l’importation d’une deuxième république, dont les initiateurs veulent calquer aux algériens un système politique, venu de l’autre côté de la Mer Méditerranée, et qui n’apportera pas beaucoup de changements par rapport au système politique décrié aujourd’hui. Abdelmadjid Tebboune, croit fermement à une démocratie édifiée à partir de la base au niveau de la collectivité locale, susceptible d’ouvrir la voie à l’émergence des compétences locales et nationales, et qui s’avère l’une des plus importantes revendications du peuple exprimée par le Hirak à savoir les articles 7 et 8 de la Constitution.
Abdelmadjid Tebboune, opposé à un régime politique unilatéral, où tous les pouvoirs sont centralisés autour d’une personne plaide pour l’équilibre des pouvoirs des institutions, à savoir, le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif, et le pouvoir judiciaire, soutenu par la promotion de la liberté d’expression, axée sur l’objectivité de l’information et se débarrassant par toutes les formes de diffamation , de chantage et d’atteinte aux vies privées des personnes.
Sur le plan socioéconomique, le candidat Tebboune préconise une meilleure répartition des richesses, un équilibre régional en matière de développement, pour mettre fin aux inégalités sociales et disparités régionales.
Sur le plan économique, Tebboune accorde la priorité à l’émergence des PME, dirigées par des jeunes, notamment ceux âgés entre 35 et 40 ans, et qui continuent aujourd’hui de vivre dans la précarité, que les dispositifs d’insertion professionnelle, mis sur chantier, n’ont pas réussi à les intégrer totalement dans le monde du travail. Abdelmadjid Tebboune dénonce l’absence d’une stratégie efficiente pour ouvrir la voie du travail et rentabilité pour les 200000 nouveaux diplômés de nos universités chaque année. Pour lui, mettre l’Algérie sur les rails du développement socioéconomique, c’est prendre en primauté le développement des ressources humaines.
Dans le même contexte, il plaide pour la rationalisation des dépenses et des importations, l’exemple de la « mayonnaise » qui consommait 700 millions de dollars des réserves de change du pays, est révélateur des préjudices causés par les prédateurs à l’économie algérienne. Pour rappel, l’homme s’est opposé à la confiscation des richesses du pays, par le Partenariat-Public-Privé PPP, initié par la bande et la horde des prédateurs, et qui voulait rééditer le scénario des années 90 du démantèlement du tissu économique, marqué par la compression des centaines de milliers de travailleurs, et le bradage de centaines d’entreprises au dinar symbolique au profit de la bande et sa cour, sur injonction des institutions financières de Bretton Woods à savoir le FMI et la BM, dans le but de paupériser le peuple algérien
Il plaidera pour que l’Algérie retrouvera son statut d’Etat-pivot en Afrique et dans le monde arabe, en redoublant d’efforts pour le développement socioéconomique , l’encouragement de la production nationale et l’émergence des potentialités nationales.
Voter Tebboune, c’est mettre l’Algérie sur les rails du développement socioéconomique, qui prend en primauté le développement des ressources humaines.

Wwwwwwwwwwwwww