Torture pendant la guerre de libération: la France reconnaît officiellement

123

La France a reconnu jeudi officiellement avoir instauré un « système » recourant à la « torture » pendant la guerre de libération nationale.
La présidence française a indiqué, dans un communiqué, que le président Emmanuel Macron va reconnaître jeudi que le militant algérien Maurice Audin, disparu en juin 1957, est « mort sous la torture du fait du système institué alors en Algérie par la France ».
L’Elysée a ajouté que le chef d’Etat français remettra une déclaration à la veuve de Maurice Audin et annoncera « l’ouverture des archives sur le sujet des disparus civils et militaires, français et algériens ».
C’est le député Cédric Villani, proche du président Macron et de la famille Audin, qu’il a annoncé cette nouvelle jeudi matin sur les ondes France Inter.
En février dernier, rappelle-t-on, un témoignage d’un appelé de contingent, qui pense avoir enterré le corps de Maurice Audin, a relancé l’exigence de vérité sur ce crime vieux de 61 ans.
« Je crois que c’est moi qui ai enterré le corps de Maurice Audin », avait confié au journaliste de l’Humanité ce témoin des atrocités qu’avait fait subir l’armée française aux Algériens durant la guerre de libération et qui a voulu garder l’anonymat en se tenant à la disposition de la famille Audin.
Il a raconté que les événements se sont déroulés dans une ferme à Fondouk (actuellement Khemis el-Khechna) où, dans une cabane fermée à clé, se trouvaient « deux cadavres enroulés dans des draps et cachés sous la paille ».
« J’ai d’abord l’impression de loin que ce sont des Africains. Ils sont tout noirs, comme du charbon », a-t-il précisé, faisant état des propos du soldat Gérard Garcet, désigné plus tard par ses supérieurs comme l’assassin de Maurice Audin qui racontait « fièrement » avoir passé les deux victimes à la « lampe à souder » (…) pour éviter qu’on puisse les identifier ».
Depuis, plusieurs personnalités, intellectuels et associations réclament la vérité sur cet assassinat.
En mai dernier, plus d’une cinquantaine de personnalités, historiens, politiques, juristes, journalistes et cinéastes, ont demandé au président Macron de reconnaître la responsabilité de l’Etat français dans l’assassinat du militant algérien.
« Le 11 juin 1957, pendant la bataille d’Alger, Maurice Audin, mathématicien communiste de 25 ans, était arrêté par les parachutistes du général Massu devant sa famille, avant d’être torturé. Le jeune assistant à la faculté d’Alger n’en est jamais revenu, et l’armée française a fait disparaître son corps », avaient rappelé les signataires de la lettre ouverte adressée au président Macron.
Ils ont souligné que tous ceux qui ont travaillé sur cette « affaire » ont établi que Maurice Audin avait été torturé et assassiné par l’armée française, agissant dans le cadre des pouvoirs spéciaux votés par le pouvoir politique.
Pour ces personnalisés, le moment est venu pour « des actes forts sur cette période de l’histoire », comme Emmanuel Macron en avait promis.