Violence dans les stades : Les terrains du cimetière

48

Aujourd’hui et compte tenu des drames que représentent nos stades, devront inciter tous les intervenants à aller au fond du problème, et non se contenter des constats stéréotypés qui perdurent, et qui continuent de porter atteinte à la vie humaine.
La FAF, au box des accusés

Sans coller toute la responsabilité à la plus haute instance footballistique du pays ; La Fédération Algérienne de Football, conduite par le très controversé Kheireddine Zetchi, s’est mise en évidence en piétinant    la décision du Président de la République M.Abdelaziz Bouteflika de décréter trois jours de deuil à la mémoire des 257 martyrs du crash de l’avion militaire de mercredi noir.
La programmation des rencontres JSK-MCA, à Constantine, pour le compte de la demi-finale de la Coupe d’Algérie et la rencontre MCO-CRB, pour le compte du championnat national, à Oran, pour le vendredi, est une illustration pour le non-respect de la vie humaine.

Ce manque de respect à nos martyrs, s’ajoute à la longue liste de mauvaise gestion des locataires des locaux de Delly Brahim, où la primauté est accordée aux intérêts personnels et restreints.
Les médias, incendiaires

Parmi les responsables de la violence, est sans conteste cette presse sulfureuse et incendiaire, manquant de professionnalisme et éthique, en balançant des manchettes meurtrières, allant dans le sens de l’incitation au meurtre, à la haine et à la violence, au lieu de dépassionner le débat, appelant à l’instauration de la culture du spectacle et Fair Play.
Cela s’ajoute à ses intermittents clubars et chauvinistes qui défilent sur les plateaux, des chaînes de télévision et qui ne cessent d’alimenter le régionalisme .