Cette histoire de Abane Ramdane avec les berbéristes témoigne du même esprit de Branle- bas de combat et de l’engagement indéfectible dont jouissait le feu  Ahmed Gaid Salah ! A cette époque dans les maquis de la Kabylie, le colonel Amirouche, lui même est persuadé d’être entouré de traîtres et d’espions à la solde de l’armée française!
Dans une lettre, le colonel Amirouche avait écrit aux chefs des autres wilayas, le 3 août 1958, leur faisant savoir qu’il avait découvert le prétendu complot !?
Il écrit j’ai découvert des complots dans ma zone, mais il y a des ramifications dans toutes les wilayas, Il faut prendre des mesures et vous amputer de tous ces membres gangrenés, sans quoi, nous crèverons !
Cette lettre, intéressante à plus d’un titre, d’où la nécessité de rester vigilant et prudent surtout en ses moments difficiles que traverse l’Algérie aux travers les revendications douteuses surtout celles émanantes des cellules dormantes (berbéro-sioniste) médias mensonges parties  et hommes qui œuvrent à faire perdurer la crise et la rendre plus complexe !

Rappelons-nous cette nuit-là du 14 juillet (Algérie-Cote d’ivoire), Dieu prouva qu’il était avec notre nation. Il a annoncé la bonne nouvelle qu’il se tiendra à nos côtés sur cette voie de la victoire alors que nous continuons avec des pas moins fermes et moins forts dans cette grande marche. La perpétuité se poursuit. C’est le destin pour nous, pour notre nation.

Pour Gaid Salah, il n’est plus question de perdre davantage de temps, car les élections constituent le point essentiel autour duquel doit s’axer le dialogue , un dialogue que nous saluons et espérons qu’il sera couronné de succès et de réussite, (disait-il ) loin de la méthode imposant des préalables allant jusqu’aux diktats. 

De telles méthodes et thèses sont catégoriquement rejetées, car l’Algérie a besoin aujourd’hui de ceux qui se sacrifient pour elle et qui élèvent l’intérêt suprême de la patrie au-dessus de toute considération, de ceux qui font preuve d’intégrité, de sagesse, de sérénité et de clairvoyance, ceux qui haussent le niveau du débat et s’élèvent au dessus des questions secondaires et s’écartent de la surenchère, car il s’agit de l’avenir du peuple et du destin de la nation

Je pense que les problèmes de sécurité et les récits futurs de ce pays devraient S’appuyer sur des siècles de profondeur historique de l’Algérie et se tourner vers l’avenir et ne devraient en aucun cas être abandonnés à l’initiative des adversaires de la nation de sacrifier ce pays à leurs comptes globaux et ceux de leurs maîtres!
Avec la lettre du Général Khaled Nezar, nous sommes entrés dans une situation liée au processus de « prise du pouvoir de l’extérieur » pour contrôler l’Algérie, il s’agit de former une autorité à l’étranger et l’imposer aux algériens, ré-emprisonner la nation sans condition derrière les murs de l’axe de la tutelle comme cela fut depuis 1830.

Cette redécouverte et cette revalorisation par les responsables de l’Etat-major de l’armée de leur indépendance et de leur espace, a provoqué le retour de l’Algérie dans le concert des nations, s’y engageant suivant des calculs d’intérêts complexes et en utilisant des moyens et stratégiques spécifiques, caractéristiques d’une puissance régionale. 

C’est la découverte de la conscience, la renaissance de cette mémoire, la reconstruction de cette identité dont -il s’agit dans l’appelle de Gaid Salah et de son « souhait » de voir l’Algérie élire son président au suffrage universel et ce, avant la fin de l’année 2019. Une promesse faite et une promesse tenue.

Je crois que la plupart d’entre nous, sinon tous, nous l’avions attendu impatiemment cet événement heureux, depuis cinquante sept (57) ans, tel Moise venu libéré son peuple des griffes de Pharaon.
Aujourd’hui, l’on comprend pourquoi, la majorité des algériens ont pleuré le défunt Gaid Salah et ont participé à ses funérailles jusqu’à sa dernière demeure. 

Nous avons pleurés celui qui nous a quittés, nous devons nous souvenir de tous ceux qui ont fait le sacrifice ultime de notre pays. Gloire à Gaid Salah.

 

 

    

1 COMMENTAIRE

  1. Tarek Benaldjia est un fin connaisseur des évènements en Algérie et sa contribution nous apporte un éclairage sur le rôle central de Gaid Salah qui avait déjà son plan de sortie de crise et il a été jusqu‘au bout . Malheureusement il nous quitte une fois sa mission . C‘est le destin des grands Hommes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici