Kouider Berkane à propos des Jeux Méditerranéens 2021 (JM21): “ Une kermesse”

0
1016
Kouider-Berkane-
M. Kouider Berkane

Il est pour beaucoup d’algériens, en particulier les artistes, le digne héritier des géants de la chanson oranaise à savoir les regrettés Ahmed Wahbi et Blaoui El Houari.

Il s’agit de Kouider Berkane, dont l’image ne peut échapper à l’interprétation de la célèbre chanson “Bakhta” par le King Khaled, et dont les échos dépassent de loin les frontières du Sud de la Méditerranée.

Algérietouteheure l’a accueilli dans son siège pour évoquer les perspectives de renaissance de la culture de notre pays, dans le cadre de l’édification d’une nouvelle république tant espérée et attendue.

Tout d’abord, Kouider Berkane, connu pour son attachement à la culture du terroir, dresse un tableau sombre sur l’activité culturelle et artistique du pays, une activité culturelle administrée, et entre les mains de bureaucrates et d’intrus, à l’origine de la  déliquescence culturelle, à l’exil imposé aux artistes, et à l’absence de vision et de visibilité en matière de développement d’un secteur générateur aussi de richesses matérielles, et de statut international. Pour Kouider Berkane, l’absence d’une vision projectionniste et d’une politique efficiente en matière de développement et de promotion de la culture et de l’art a ouvert la voie, à nos voisins à nous “ voler” et s’approprier certaines facettes du patrimoine du terroir.
“ L’Algérie perd de plus en plus son identité culturelle” dira Kouider Berkane, en faisant allusion aux chansons bedouie, oranaise, chères aux regrettés Khelifi Ahmed, Ahmed Wahbi et Blaoui El Houari” martèle-t-il, s’interrogeant au passage si la nouvelle génération a une idée sur les potentialités que recèle le patrimoine culturel du pays, en déperdition, faute de politique efficiente et de compétences soucieuses du leg du pays.

Abordant le volet culturel de la capitale de l’Ouest, Kouider Berkane estimera que la situation se détériore davantage. Pour le maestro Berkane, l’exemple le plus édifiant, est celui des préparations du grand événement international qui abritera Oran, dans une année à savoir, les Jeux Méditerranéens 21, où rien n’augure un ratissage large d’activités culturelle, touchant la wilaya hôte et les wilayas limitrophes.

Pour le maestro Berkane, ça sera une simple Kermesse à connotation folklorique, dont les échos ne dépasseront pas les sites abritant certaines activités culturelles prévues. Évitant d’évoquer les sommes colossales prévues pour le volet culturel des JM21, le maestro Berkane insiste sur l’impact de l’événement sur la cité du Saint-Patron Sidi El Houari. “Oran a abrité plusieurs éditions du film arabe, des festivals du théâtre arabe et le centenaire, souviendra-t-il un oranais de ces manifestations” s’interroge-t-il, “a-t-on pensé à archiver ces évènements” “a-t-on élaboré une feuille de route pour mobiliser la population d’Oran”, “ a-t-on impliqué tous les artistes pour la réussite de cet évènement international” rétorque Kouider Berkane, en tirant la sonnette d’alarme et en alertant l’opinion publique et les pouvoirs publics sur l’amateurisme qui caractérise la feuille de route culturelle des JM21.

PARTAGER